Mbour : « Kilifeu a été arrêté sur la base d'un audio, ce qui n'est toujours pas le cas pour Mamour Diallo... La justice doit être juste et équitable! » (Fatou Ndiaye Blondin)

Invitée à Mbour FM 96.5, dans l'émission hebdomadaire "léral", la conseillère départementale membre de Yaw s'est prononcée sur la réaction du président de la République concernant les réseaux sociaux. Pour Fatou Ndiaye Blondin, même s'il faut légiférer ça doit être juste et équitable...


"Chaque président devrait savoir où se situe le médium de son époque. Senghor avait eu la presse écrite. On cherchait les tracs et si on les trouvait chez vous, vous étiez emprisonné. Diouf avait les radios. Vous vous souvenez ce quelqu'un là qui avait insulté dans une émission "wax sa khalat", le président Diouf" et Wade sur la télé? Macky Sall est tombé sur les réseaux sociaux. Il l'avait bien compris quand il théorisait la génération du clic qui prend le pas sur la génération du flic et du fric. Il a oublié que les réseaux sociaux, c'est l'époque. 

Il faut savoir que dans les réseaux sociaux, il y a 5% de pire et 85% de meilleur. Ce qu'on n'a pas pu faire, c'est d'abord former les adultes qui doivent accompagner pour qu'ils sachent que l'usage voilà ce à quoi ça expose et que ces adultes forment les jeunes dans le cadre de la formation scolaire ou dans des centres. Qu'ils sachent qu'il y a des dangers extrêmement graves qui peuvent enfreindre la vie professionnelle et sociale d'une personne. 
Il faut légiférer! Quand j'étais ministre, j'avais vu des ministres formés, mais je n'ai pas vu l'impact dans la société. 

Le problème de la commission de protection des données, c'est toujours un deux poids deux mesures au Sénégal. L'exemple de Kilifeu est patent. Il a été arrêté sur la base d'audio alors que Mamour Diallo a été cité sur la base d'audio, et il n'est pas arrêté. La légifération doit être juste et équitable. 

L'UE vient de faire une loi qu'on appelle la Dsa là où il est clairement dit que tout ce qui est interdit dans la vie des médias, on appliquera les même sanctions dans les réseaux sociaux. C'est dire quand on veut légiférer, on tape dans le portefeuille des plateformes pour leur dire vous faites de l'argent, consacrez cet argent à protéger la population."

Macky Sall en fait une affaire personnelle et non une affaire de société...

"Là où le bât blesse, c'est quand le président Macky Sall en parle, il a l'air d'en faire une affaire personnelle et non une affaire de société, une affaire générale. C'est à ce niveau que son discours ne peut pas passer parce qu'on ne peut pas prendre cette jeunesse qui ne regarde plus la télé, qui ne lit plus les journaux et vous leur dites que vous allez agir sur les réseaux sociaux, je vous jure ça sera pire que ce qui s'est passé en mars 2021. On ne peut pas arrêter la mer avec ses bras. 
La formation, la législation et la promotion des bons usages, c'est ça la solution. Sinon, c'est juste des incantations. Le Sénégal n'est pas la Corée du Nord pour arrêter internet, n'est pas l'Iran. Nous n'en avons ni les moyens, ni l'histoire. On ne pourra pas le faire. Il est temps de s'y atteler", a conclu l'ancienne ministre de la Technologie et de l'information...
Dimanche 8 Mai 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :