Mbacké Seck de Rewmi prend la défense de Khalifa Sall : « Quand Wade éliminait son adversaire politique Idrissa Seck, Macky Sall était son bras armé »


« Quand Wade éliminait son adversaire politique Idrissa Seck, Macky Sall était son bras armé », c’est ce qu’a déclaré ce matin Mbacké Seck, responsable de Rewmi à Dakar.  En outre, détaille-t-il : « Le Premier ministre Macky Sall avait, devant tout le corps diplomatique accrédité à Dakar, accusé Idy de détournement.  Comme ce n’était qu’un dossier politique, l’ex-maire de Thiès a été libéré pour des raisons politiques. Si tel n’est pas le cas, je demande à Macky Sall, qui est aujourd’hui président de la République, de réactiver ce dossier des Chantiers de Thiès. Vous verrez qu’il n’y avait rien de sérieux. On voulait seulement éliminer un adversaire politique comme on le fait aujourd’hui avec Khalifa Sall ».
 Ce spécialiste des questions environnementales, qui était l’invité de « Dianobi » qui passe tous les dimanches sur les ondes de Sud Fm, croit savoir que le ministère du Cadre de Vie, que dirige Diène Farba Sarr, a été créé uniquement dans le but de mettre des bâtons dans les roues des maires de communes du département de Dakar proches de Khalifa Sall. « Au niveau de la Patte-d’oie, les aménagements empêchent la mobilité de la circulation. A quelques mètres de là, il y a la zone des Niayes qui est infestée de déchets en tous genres. Si Diène Farba Sarr et ses services voulaient réellement travailler pour un meilleur aménagement du territoire, ils ont matière avec cette zone des Niayes qui est en train d’être morcelée par les pontes du nouveau régime, au lieu de voir comment l’utiliser pour davantage protéger les Dakarois contre la dégradation de l’environnement».
En somme, Mbacké Seck de Rewmi a jugé désastreuse la gestion du ministère de l’Environnement sous le magistère de Macky Sall. Il pense qu’il y a beaucoup de tergiversations, sur fond d’amateurisme, qui déteignent sur l’efficacité des politiques en la matière.
Il en veut pour preuve, le fait que quatre personnalités se soient succédé à la tête de ce ministère en quatre ans (Aly Haïdar, Mor Ngom, Abdoulaye Bibi Baldé et Thierno Dieng, actuel ministre).
Mbacké Seck est d’avis « que la qualité de l’air s’est dégradée à Dakar » et que « les conséquences d’un tel état de fait seraient tragiques si la capitale ne bénéficiait pas d’une telle proximité avec la mer ».
En définitive, il a paré de vertus Idrissa Seck qu’il considère comme « un visionnaire ». Ainsi, pense-t-il, il est le seul Premier ministre à porter le taux de croissance à 6,8 %, là où le régime de Macky Sall se glorifie devoir atteint 6,7%.
Dimanche 19 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :