Massacre d'Ogassagou : Le gouvernement malien sévit, les premières sanctions tombent.


Suite au massacre commis sur 137 personnes au village peulh d'Ogassagou, dans le centre du Mali, le gouvernement malien a pris une batterie de mesures administratives à l'issue du Conseil des ministres extraordinaires tenu ce dimanche 24 mars.

Selon les informations parvenues à Dakaractu, le chef d'Etat major général de l'Armée Mbemba Moussa Keïta est limogé, remplacé par le Général Abdoulaye Coulibaly.

Le chef d'état-major de l'armée de terre le Colonel Major Abdrahamane Baby Baby est aussi relevé, remplacé par Colonel-major Kéba Sangaré.

L'armée malienne est souvent indexée comme complice des milices dogons dans la persécution des populations peulh établies dans le centre du Mali.

Dans la même foulée, le mouvement Dan Ambassagou est dissout par décret. Ce groupe d'autodéfense composé de chasseurs dogons, est soupçonné d’être derrière le massacre du samedi 23 mars, même si ses dirigeants s'en sont lavé les mains.
Dimanche 24 Mars 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :