Marché central de Mbour : Les commerçants se braquent et prennent pour cible le maire et le préfet…


Les commerçants du Marché central de Mbour ont été nombreux à baisser rideaux ce jeudi 17 juin 2021. Cette décision, Modou Mbaye, leur porte-parole a tenté de l’expliquer au cours d’une déclaration publique, devant ses pairs. ‘’Aujourd’hui, nous avons fermé boutique pour la journée de ce jeudi. Il n’y a pas de travail. Aucun magasin n’est ouvert. Nous comptons corser la lutte dans les prochains jours, si les autorités ne réagissent pas. Déjà, pour commencer avec les taxes municipales, nous avons décidé, à partir d’aujourd’hui, ne plus les payer jusqu’à nouvel ordre. Nous prenons à témoin l’opinion et interpellons à nouveau les autorités de ce pays. Parce que nous sommes déterminés à poursuivre notre combat jusqu’au bout’’.
 
 
Revenant sur les causes véritables de leur mécontentement, M. Mbaye indique avoir organisé cette rencontre avec la presse pour manifester leur ‘’mécontentement par rapport à la situation qui prévaut dans le Marché central de Mbour. Ici, c’est notre lieu de travail. Mais le marché est invivable. C’est l’insalubrité totale. À cela s’ajoute l’inaccessibilité et l’insécurité. Aujourd’hui vous voyez bien que, même les routes qui mènent vers le marché sont occupées par des vendeurs à la sauvette, des marchands ambulants et des vendeurs avec leurs étals. Les trottoirs sont transformés par des tabliers. Les propriétaires de cantines et de magasins sont vraiment étouffés. Ils ont des difficultés même pour décharger leurs marchandises parce que les voitures ne sont pas en mesure d’accéder à l’intérieur à cause de l'occupation anarchique. On est vraiment fatigué avec ça, même certains de nos clients ne viennent plus. Parce qu’ils (disent avoir) peur de leur sécurité à tout point de vue. Ils sont agressés, volés et parfois même traqués. Ça c’est inadmissible. Nous avons à maintes reprises interpellé les autorités en charge de la gestion du marché, mais en vain. Surtout le préfet de Mbour. Il ne veut pas prendre ses responsabilités pour régler cette situation une bonne fois’’, a-t-il confié. 
 
Une inertie que les commerçants, à travers la voix d leur porte-parole, dénoncent en relevant qu’ils s’acquittent, cependant, régulièrement de leurs taxes municipales. ‘’Tous les jours les agents de la mairie viennent récupérer les taxes. Mais vraiment on ne sent pas d’efforts dans la gestion du marché. Ici les choses ne marchent pas normalement. Nous interpellons à nouveau nos autorités municipales et le préfet. On n'en peut plus! Nous allons prendre le problème à bras le corps, pour régler la situation à notre manière. Mais de la manière la plus légale et la plus pacifique. D’abord, à partir d’aujourd’hui, nous n’allons plus payer les taxes municipales jusqu’à ce que cette situation soit décantée. On veut être clair. Nous n’allons plus payer les impôts directs annuels communément appelé patentes’’.
 
Relativement à leurs doléances, Modou Mbaye et Cie disent réclamer ‘’sans délais, de l’éclairage public (avec) des lampadaires autour du marché’’. Une doléance qu’ils légitiment par le fait que ‘’la nuit, c’est tout à fait dangereux de circuler, personne n’est en sécurité. Les malfaiteurs peuvent dicter leur loi au grand dam des commerçants’’.  Mais il faut préciser que les réclamations des commerçants du Marché central de Mbour ont aussi porté sur ‘’les tabliers qui occupent les artères et les trottoirs’’ afin qu’ils ‘’soient déguerpis pour faciliter l’accès au marché’’.
Jeudi 17 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :