Manifestations au Sénégal, sortie du chef de l'État, médiations tous azimuts / Mahammed Boun Abdallah Dionne sans détours : « Il y a eu un cri de colère... mais le président Macky Sall a bien saisi son peuple... »


Manifestations au Sénégal, sortie du chef de l'État, médiations tous azimuts / Mahammed Boun Abdallah Dionne sans détours : « Il y a eu un cri de colère... mais le président Macky Sall a bien saisi son peuple... »

L'ancien Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne qui s'était retiré de la scène publique depuis un moment, a repris du service aujourd'hui, pour se prononcer sur les sujets de l'heure. 

 

Dans un entretien avec la Rfm, il a voulu expliquer la dynamique dans laquelle il se trouve depuis la date de son éviction du gouvernement du Sénégal. "Il faut que les sénégalais sachent que la vie ne se limite pas à être dans un gouvernement, ou à être ministre etc... Ce qui importe, c'est le travail que vous êtes en train de faire pour le pays. C'est vrai que je ne suis pas le seul à avoir quitté le gouvernement. Cependant, je tiens à préciser que nous sommes en phase avec la vision du chef de l'État et faisons de notre mieux pour l'accompagner dans sa politique",  souligne l'ancien Premier ministre.

 

S'exprimant ensuite sur l'actualité, Mahammed Boun Abdallah Dionne a manifesté son regret de voir notre cher pays, sombrer ces derniers jours dans des scènes de violence qui ont fait le tour du monde. "Je présente mes condoléances aux familles des victimes, mais également je compatis avec tous les blessés de ces manifestations". Par ailleurs,  il a apprécié en tant que sénégalais, de voir sortir aujourd'hui, le président Macky Sall qui, a tenu, selon lui, "un discours empathique et plein de sagesse". 

 

Du reste, la médiation réussie par les religieux et de la société civile, doit également, selon Mahammed Boun Abdallah Dionne toujours, être saluée car, en tant que sénégalaias, on se devait de respecter cette méthode que nous avons toujours connue : le dialogue."

"Cette médiation que nous avons vu ces derniers jours, a été motivée par des principes républicains. C'est dans la crise que nous reconnaissons un peuple, mais également c'est dans une crise que les dirigeants se font reconnaître", souligne l'ancien PM.

 

Abordant l'affaire Ousmane Sonko- Adji Sarr, l'ancien secrétaire général de la présidence de la république ne se pas long : "Quand une affaire est pendante devant la justice, je préfère ne pas en parler car je respecte les institutions et aussi, la position que le président Macky Sall a adoptée."

 

Revenant sur les récentes manifestations, il a fait savoir, qu'avec ce que le monde est en train de vivre et qui est relatif à la pandémie de Covid-19, cette situation peut être bien compréhensible car, les peuples sont actuellement perdus. "C'est une situation qui n'est pas surprenante si on se base sur le besoin  d'emploi des jeunes qu'il faut combler tous les ans. Il faut savoir que l'axe 2 du Plan Sénégal Émergent et qui parle de l'inclusion sociale est bien pris en compte par le chef de l'État Macky Sall, notamment sur l'aspect de lemploi et de la formation. Il faut savoir également que le problème des jeunes est lié à l'employabilité, la formation, l'entreprenariat etc..." rappelle-t-il, en soulignant que "le président Macky Sall est une personne qui écoute son peuple et d'ailleurs, il va le prouver dans les jours à venir."

 

Il tient toutefois à donner comme raison  la pandémie qui a bouleversé le monde et arrêté certains programmes que le président Macky Sall devait enclencher. "Il y'a des programmes qui ont été impactés par la Covid-19, c'est pourquoi, je demande à la population sénégalaise d'être compréhensive par rapport à cela." 

 

"Le président de la République a vu juste en s'adressant à son peuple qu'il comprend bien d'ailleurs. Qu'il continue dans cette lancée. Le peuple peut avoir confiance en lui parce que c'est un homme d'écoute, de dialogue, et de consensus". 

 

Pour terminer, l'ancien secrétaire général de la présidence de la République appellera tous les citoyens au calme, à la sérénité et au sens du patriotisme en faisant abstraction de la violence car, par-dessus tout, il s'agit du Sénégal, de ses institutions et de ses valeurs qu'il faut préserver...

Mercredi 10 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :