Mamour Diallo et son mouvement préfèrent l’action citoyenne à la diversion.


Par un article incendiaire, truffé de fautes syntaxiques, grammaticales et d'orthographe et dans lequel font florès redondances, ambiguïtés, pléonasmes et mots creux, un militant de pastef établi à Louga s'est prêté au jeu favori de son leader en jetant toute sa bave d'opposant rancunier sur Mamadou Mamour Diallo.

Dans sa logorrhée qui, au lieu d'être repris par certains sites web, devrait se trouver au laboratoire de langues, il présente le président du mouvement Dolly sous la caricature d'un "As de la diversion". C'est parce que les membres de ce mouvement, sous la vision éclairée de leur leader, enchaînent depuis début 2016 des initiatives socio-économiques et citoyennes dont l'impact sur le vécu des populations lougatoises ne fait l'ombre d'aucun doute. C'est le cas de la formation aux métiers et en éducation financière qui a profité à 13286 femmes du département et de la commune de Louga. 
Grâce au mouvement Dolly, ces braves dames sont devenues expertes en transformation céréalière, en transformation fruits et légumes, en teinture, en fabrication d'eau de javel, en sérigraphie, en fabrication de jus et nectar de fruits locaux, en micro jardinage, en savonnerie et technique de de conservation de lait. Preuve que ces formations ont été décisives dans leur autonomie financière, certaines d’entre elles ont pu épargner plus cent millions de francs CFA tirés du bénéfice de leurs activités génératrices de revenus. Rien que la cellule économique du quartier Thiokhna dirigée par la brave opératrice économique Marieme Diallo, 27 millions ont été épargnés.
 
D'ailleurs c'est dans l’optique de récompenser tous ces efforts déployés pour s'offrir une place au soleil que le mouvement Dolly va lancer, le 2 novembre prochain, une mutuelle d'épargne et de crédit dont la mission est d'encadrer et de financer les femmes qui ont fini de faire leur preuve en matière de performance économique. Avec ces actes concrets, il y a de quoi troubler le sommeil d’un opposant qui veut emprunter le chemin de la ruse et de la supercherie pour arriver à ses fins !

Dans le domaine de l'éducation, le programme "Ubbi tay jàng tay" est la énième activité réussie, après les dons de 120.000 cahiers, fournitures scolaires et autres équipements pédagogiques au profit de l'école. Initié par la cellule éducative du mouvement, le programme "Ubbi tay jàng tay" a procédé, du 20 au 30 septembre 2019, à une opération de saupoudrage, désinfection, désherbage et de curage des fosses septiques des 36 établissements scolaires publics que compte le département de Louga. Pendant ce temps, ceux-là qui s’autoproclament patriotes n’ont réalisé aucun investissement humain.
 
L'autre fait qui mérite d'être salué, car ayant révélé au grand jour le patriotisme des militants du mouvement Dolly, c'est le rôle de premier plan qu'ils ont joué dans la réalisation du programme "Louga zéro déchet". En effet, après avoir fait l’amer constat de l'insalubrité qui prévalait à dans la capitale du Njambur, la responsable dolliste Fatoumata Rassoul Diallo a instauré des séances de « set setal » dans tous les quartiers de la ville, aidée en cela par la dynamique jeunesse mouvement Dolly. Au cours de la première phase de cette noble initiative, 102 m3 de déchets ont été collectés et 13 autres incinérés.
Bien que saluées par les autorités tous corps confondus et par les bénéficiaires eux-mêmes, ces réalisations du mouvement Dolly ne semblent pas être du goût de ce "patriote" qui tente de donner du crédit à Ousmane Sonko qui a fait de l’affaire des 94 milliards sa trouvaille pour occuper frauduleusement l’espace politique.
 
Pour dire vrai, c'est mal connaître le soubassement de la création du mouvement Dolly que d’assimiler ses activités à de la diversion. L'engagement citoyen de Mamour Diallo et des hommes et femmes de valeurs qui l'accompagnent ne date guère d'aujourd'hui, même si c’est à cause de la politique qu’il a eu une telle visibilité.
Vouloir ôter à des citoyens leur droit inaltérable de participer au développement de la cité et leur avaler des accusations saugrenues frise la dictature et relève de l’enfermement. À ce propos, le problème avec la plupart de ceux qui se disent "patriotes" à l'ère Sonko, c'est que, sans justification, ils croient être plus citoyens et plus honnêtes que la majorité des Sénégalais qui ont fini de démontrer leur mérite en matière de patriotisme et de don de soi pour la patrie.
 
Au bout du compte, le message à faire attendre aux dictateurs des réseaux sociaux, c’est que rien ne détournera les dollistes de leur mission de participer activement au développement de leur terroir. Le mieux pour pastef serait de suivre l'exemple du Dolly en essayant tant soit peu de changer le quotidien des populations. En attendant d’arriver au palais...
 
Mansour Gaye
Patriote - Membre du mouvement Dolly
Lundi 28 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :