Mamadou Ly, Apr Ndoulo : « Responsabiliser les fils du terroir pour consolider la dynamique de victoire »


A travers tout le département de Diourbel, les résultats de Ndoulo étaient les mieux surveillés lors des législatives du 30 juillet 2017. Il s’agit du fiel du responsable socialiste Kani Bèye, proche de Khalifa Sall, qui avait, jusque-là, remporté toutes les élections dans la zone. C’est au soir de ces législatives que l’Alliance pour la République a vaincu le signe indien, puisque Benno Bokk Yakaar avait obtenu le score victorieux de 49,66 %, suivie de Manko et de Wattu qui ont eu respectivement 36,87 % et 6,38 %. Cela, sur un taux de participation de 65,4 %. Ces résultats concernent 56 villages. Benno avait raflé la mise dans quatorze villages sur les dix-sept que compte Ndoulo. 
Ce renversement de tendance a été, en partie, rendu possible par l’unité organique des responsables locaux de l’Apr. Surtout, c’est grâce à l’adhésion à la mouvance présidentielle de transfuges du Pds comme l’ex-secrétaire général du parti libéral et au concours du Mouvement pour l’émergence de Ndoulo. 
Kani Bèye défiait son monde en déclarant avoir réalisé dans son terroir ce que le Président Macky Sall, lui-même, n’a pas fait pour Fatick. 
C’est ainsi que Mamadou Ly, responsable à l’antenne de l’Apr à Ndoulo, ex-directeur administratif et financier de l’Agence pour l’emploi des jeunes des banlieues (AJEB), suggère de renforcer les moyens d’intervention des dirigeants locaux du parti présidentiel pour, en 2019, se mettre à l’abri de toute surprise.
« Aucun cadre de Ndoulo n’est pas responsabilité dans l’appareil d’Etat. Il n’y a ni ministre, ni directeur général, ni président de conseil d’administration…Si Kani Bèye est si fort, c’est parce que les responsables de l’Apr parviennent difficilement à apporter une assistance considérable aux populations. De plus, l’opposition mène un jeu d’intoxication pour essayer de saboter les réalisations du président Macky Sall au profit de la localité », regrette le conseiller municipal ; non sans remercier Mme la présidente Aminata Tall, Dame Diop et Malick Fall pour leur unité productive lors des dernières élections. 
« Pendant longtemps, ma maison a abrité le centre de formation en micro-jardinage pour les femmes et un dispensaire. J’ai aidé à équiper le dispensaire. Malheureusement, faute de moyens, il nous est presque impossible de faire face à certaines contraintes », regrette-t-il. Insistant, pour finir, sur la nécessité de doter de postes de responsabilité les fils du terroir en direction de la présidentielle de 2019. 
Vendredi 26 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018