Mali : le chef de la Katiba Gourma du GSIM éliminé par l’armée française (Officiel)


Mali : le chef de la Katiba Gourma du GSIM éliminé par l’armée française (Officiel)
Un cadre de moins au Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans. Samedi 16 octobre, l’armée française a neutralisé le nommé Saghid Ag Alhourer alias Nasser al Tergui.

Chef de la Katiba du Gourma du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans, il était en déplacement avec cinq autres membres de cette coalition djihadiste dans le nord du Mali, précisément à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Gossi.

Selon l’état-major des armées françaises, des recoupements ont permis de confirmer sa présence dans la voiture repérée en amont par un drone. Le lendemain, le véhicule dans lequel se trouvait le chef terroriste a été suivi alors qu’il se dirigeait vers Hombori, un peu plus au sud-ouest. L’opération est déclenchée en collaboration avec les forces armées locales pour arrêter le chef djihadiste. Exercice qui s’est avéré sans succès. Des frappes sont ainsi déclenchées pour stopper le véhicule. C’est dans ces circonstances que Nasser al Tergui et cinq de ses accompagnants ont été tués.

« Cette opération est un succès supplémentaire pour les forces partenaires et pour la force Barkhane », se félicite l’état-major des armées françaises en espérant que la neutralisation du chef de la Katiba du Gourma permettra « de réduire les capacités de nuisance d’un groupe terroriste connu pour commettre des attaques contre les forces locales ainsi que de nombreuses exactions contre la population locale ».

Nasser al Tergui était un membre actif du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) dirigé par le touareg malien Iyad Ag Ghali. Il a rejoint AQMI en 2012 alors que cette ville était aux mains des djihadistes, renseigne l’armée française. Chef de la Katiba du Gourma depuis la mort d’Al Mansour Ag Alkhassim, lui aussi tué dans un raid de Barkhane en 2018, Saghid Al Alkhourer était considéré comme le numéro 2 de la Katiba du Gourma Serma dont le chef est Abou Hamza al Chinguiti.

En neutralisant ce cadre du GSIM, spécialisé dans la confection d’engins explosifs improvisés, la France semble rappeler qu’elle a aussi dans sa ligne de mire les têtes pensantes de la filiale sahélienne d’Al Qaïda. La dernière fois qu’un membre important du GSIM a été mis hors d'état de nuire, remonte à novembre 2020 avec l’élimination de Bah Ag Moussa. En juin de la même année, le chef historique d’Al Qaida au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel était ciblé par Barkhane dans le nord du Mali, à proximité de la frontière avec l’Algérie.

Ces derniers mois, l’opération Barkhane avait enchaîné le ciblage des leaders du groupe rival dans la région des trois frontières. C’est dans cet esprit que l’émir de la branche saharienne de la Province de l’Etat islamique en Afrique occidentale a été tué le 17 août, dans le sud de Ménaka.
Jeudi 21 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :