Maladies cancéreuses : L'impératif de réformes et d'équipements pour une bonne prise en charge face à la covid-19.


Au cours de la 5e session au niveau du Conseil économique, social et environnemental, il a été question de soulever cette problématique liée à la prise en charge les malades du cancer. S'il est vrai que les acteurs de la santé se sont pendant longtemps plaint des conditions dérisoires de prise en charge de ces malades, toutefois, cette période de crise sanitaire particulière causée par la covid-19, devrait pousser un peu la réflexion.

 

Comme le souligne le Dr Fatima Guenoune, présidente de la Ligue Sénégalaise contre le Cancer qui a pris part à ces échanges, la prise en charge aujourd'hui pose problème. Le Dr Guenoune donnera même l'exemple de ces "malades du Cancer qui ont peur d'être atteints de la Covid-19 sachant qu'elle peut entraîner des complications plus graves s'ils ne prennent pas l'initiative d'aller aux rendez-vous. "Il arrivait aux malades de payer jusqu’à 40.000 francs pour quitter Thiès et venir à Dakar. Mais beaucoup avaient du mal à en trouver. C'est d'ailleurs ce qui a provoqué des retards de rendez-vous, de recommencement de leur chimiothérapie.

 

 La présidente de la Ligue sénégalaise contre le cancer affirme avoir beaucoup communiqué pour sensibiliser ces malades du Cancer. Mais aussi, certains moyens qui étaient déjà disponibles ont permis de couvrir une certaine prise en charge. "Nous avons pu collecter, lors de notre téléthon que nous avons organisé quelques jours avant l’apparition de la Covid-19, 150 millions. Nous avons dépensé 110 millions sur les 150 millions pour la prise en charge des malades du cancer. L'objectif était donc de construire une unité de chimiothérapie à Thiès. 

 

Malheureusement, nous n'avons pas pu parce que nous avons dépensé les 110 millions. Il ne reste que 40 millions. Mais, nous allons tout faire pour respecter notre promesse.

Le Dr Fatima Guenoune estime qu'il faudrait qu'il y ait dans chaque hôpital régional, une unité qui prend en compte la maladie cancéreuse et procéder à la formation des infirmiers pour pouvoir les orienter après dans ces unités…

 

"Nous devons réformer notre système de santé"

 

Autre chose à tenir en compte pour non seulement lutter de manière efficace contre le cancer, c'est la touche nouvelle à apporter au système de santé. Le Directeur de l'institut Joliot-Curie de lutte contre le Cancer, le Pr Mamadou Diop, prenant la parole abondera dans le même sens. "Je pense qu'il faut être ouvert et pouvoir réformer notre système médical et paramédical". Etant donné que dans les pays développés, on réforme le système éducatif, pourquoi ne pas réformer notre système de santé ici au Sénégal ? Le Pr Diop jugea qu'il faut une formation des sages-femmes qui sont, d'ailleurs les premiers à l'assistance pendant l'accouchement et qui peuvent détecter très tôt le cancer du col de l'utérus

 

La mise en place de bons laboratoires, un impératif

 

Un bon dispositif de santé et des infrastructures adéquates sont nécessaires toujours, en ce qui concerne la prise en charge des cas de cancer. Le développement de laboratoires est donc une nécessité face à la recrudescence des cas graves de cancer. Le Dr Amadou Moctar Dièye, à la tête de la direction des laboratoires qui a été créée en 2012 soutient la même thèse : il faut un appui conséquent des laboratoires. L’une de ses missions, c'est de mettre en œuvre et de suivre la politique et les programmes et de contrôler les laboratoires de biologie médicales et privés ; de superviser tous les laboratoires publics et privés.

 

Ses principales activités dans la riposte contre la Covid-19 sont la mise en place de la commission technique de biologie médicale ; l’élaboration de la procédure de demande d'autorisation de mise sur le marché pour les tests de diagnostic rapide de la Covid-19, la sélection des tests de diagnostic de la Covid-19 à utiliser au Sénégal par le Comité ; de pilotage du laboratoire national de santé de Thiès pour faire des Tests à Thiès ; le pilotage d'un projet décentralisation des tests de diagnostics de la Covid-19 à Saint-Louis, Ziguinchor et Tambacounda sur financement du fonds Mondial. Nous avons déjà commencé à acheter le matériel…

 

Lancant un plaidoyer, le Dr Amadou Moctar Dièye fera savoir qu'un programme spécial de développement des laboratoires au Sénégal est nécessaire pour booster le système de laboratoire au Sénégal, car, c'est le laboratoire qui est au cœur du système de santé et qui permet de déceler une maladie et de confirmer qu'elle est guérie.

Parfois, des prélèvements sont faits ici au Sénégal mais les analyses sont faites à l’étranger parce que nous ne bénéficions pas de laboratoires pour faire le test. Cela retarde souvent le traitement. 

 

Par ailleurs, Il faudra mettre les gens dans des conditions acceptables pour leur maintenir dans le système. Sinon, on aura beau former les gens, ils finiront par quitter le système s’ils voient d’autres offres.

 

Des recommandations sont également données au cours de cette session où les acteurs de la santé ont statué sur cette question relative à la prise en charge des cas de cancer face à la covid-19. C'est entre autres de doter le système de laboratoires en Ressources humaines de qualité qui passera nécessairement par le recrutement des ressources humaines multidisciplinaires (pharmaciens ou médecins biologistes…),  mais également la création de laboratoires de référence dans chaque région.



Mardi 22 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :