Maimouna Kane : Grande dame de la République ! (Par Oumou Wane)


Maimouna Kane : Grande dame de la République ! (Par Oumou Wane)
Si je prends la liberté de rendre un hommage public à ma tante Maimouna Kane, intellectuelle au regard maternel et au parcours exceptionnel, c’est que sa place est dans nos mémoires et dans nos cœurs pour toujours.
Maimouna, qui signifie « heureuse », selon la traduction, et « sous la protection divine », d’après l’étymologie, fait partie de ces générations de femmes dont la détermination à toute épreuve a fait avancer le sort de toutes les autres.
 
On dit que pour les musulmans, accorder ce prénom à leur enfant est un témoignage d’attachement à leurs racines et à leur religion. Je sais à quel point Tante Maimouna à travers sa foi, vénérait nos traditions et toutes nos cultures.
 
Ce samedi 2 mars à l’aube, c’est avec une très grande tristesse et beaucoup d‘émotion que j’ai appris par la voix de mon ami Diagna Ndiaye, fidèle parmi les fidèles de la famille, le décès de cette grande dame de la République.
Un destin hors du commun et une simplicité toute ordinaire, cette femme de conviction a consacré sa vie à se battre pour plus de justice, plus d’humanité, pour la cause des femmes et pour leurs meilleures conditions de vie.
Femme de justice admirée pour son exigence et sa liberté, elle quittera cependant la fonction de magistrate pour un Secrétariat d'État auprès du Premier ministre en charge de la Condition féminine et de la Promotion Humaine. Puis elle sera nommée Ministre du Développement social.
 
Chantre de la révolution sociale, elle a largement contribué à la protection des droits de la personne humaine au Sénégal et plus particulièrement ceux des femmes et des enfants.
 
À l’occasion de ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes et à la mémoire de Maimouna Kane, je veux rendre hommage aujourd’hui à toutes les femmes sans distinction, les femmes, sans lesquelles, la politique, si souvent distante et sourde, ne serait que querelle et bureaucratie.
Elles seules savent aimer pour défendre les intérêts de la population, pour écouter et rester sincères par respect pour les milliers de personnes qu’elles représentent.
Notre président, s’il souhaite s’inscrire dans son époque et peut-être même la devancer, serait bien inspiré de remédier à l'insuffisante représentation des femmes dans la vie politique.
Car si la place des femmes en politique progresse, mais non sans peine et bien lentement, les hommes continuent d’occuper majoritairement les postes clés à tous les niveaux dans les sphères décisionnelles dans tous les secteurs et dans la politique.
Or, selon moi, ce sont elles les véritables dirigeantes, celles qui aiment et qui dévouent leur vie à rendre celle des autres meilleures.
C’est pourquoi, je veux dire merci à Tante Maimouna, pour les combats qu’elle a portés, pour l’amour qu’elle a donné à notre pays.
Mes pensées vont vers ses enfants Soukeyna, Mounina, Aziz, Cheikh, ses proches et tous ceux qui ont eu la chance de la côtoyer et qui savent combien cette femme, toute en retenue, était exceptionnelle.
 
Oumou Wane
Vendredi 8 Mars 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :