Mahi, la métaphysique en ses états (Par Papa Ibrahima Diassé).


Mahi, la métaphysique en ses états (Par Papa Ibrahima Diassé).
Majestueuse pureté en lui, 
Sage nuit 
Mahi mystique dans son rôle 
Mahi en connexion avec les pôles, 
Se met au contact de l’ultime appel 
Sermon universel en guise de rappel! 

Sa haute science dense,
Est le symbole de la rame intense 
Qui fait avancer la barque de la connaissance 
Dans l’Océan des âmes en effervescence 

La lune transperce l’obscurité, 
Transparaît dans ces pôles une luminosité 
Cachetée qui aiguise ma plume 
Plongée dans une joie extrême 

L’état de fusion est établi en cette nuit ocre 
Enveloppée d’une puissante couche de zikr 
Et des mélopées berceuses d’Omou Kalsom.
Dont les airs mystiques rappellent aussi le mystère  autour du puits de Kalom

Elles vibrent dans mes fibres, 
Ces volts troublants se déchaînent; libre,
Mon corps vient de connaître son réveil 
Et mon coeur son éveil 

L’envol déclenché
L’âme connectée 
Non loin de ces minarets géants en vert et blanc. 
Nichés au coeur de Médina Baye cette cité universelle aux élans sans clan 

Face à toi, façonné par les rides apparents de ton visage au teint d’or 
Ton savoir en de multiples facettes fait chavirer mon cœur 

Cette face qui se démultiplie à chaque seconde et qui rappelle la sublimité de Cheikh Ibrahim
Sur nous, tombent des gouttes d’anecdotes, d’une forte pluie de citations et d’enseignements de Sidy Barham 

Mon esprit éclairé par les reflets de la candeur lunaire et les lentilles brûlantes de tes yeux amincis.
Danse, chante et écrit pour toi Papa Mahi
Avec ta permission et tes secrets devant derrière en haut et en bas du savoir acquis 

J’exulte à la manière de l’abeille vers une fleur étalée 
D’où suinte un doux miel qui attire l’attention des non initiés

Tu es cette encyclopédie à usage multiple, la science utile, l’éloquence raffinée et l’élégance intellectuelle multiforme. 

Ces qualités te suivent partout  là et ailleurs.
Le tassawuf se jauge ici sans heurts !

Je me remémore sans cesse ta voix des silences célestes, de même ta modestie. 

Je chante ton humilité, vante ton soufisme et conte tes enseignements, 

Demain miroir du monde, 
De partout essaimés, les volcans dorment 
Renseignent les montagnes aux mamelles fécondes 
Qui allaitent mon passé; juste près de moi, Retentit l’hymne que tu connais, en offrande 

Au soleil galant et à la lune élégante, l’amour convaincu, y trouve une brèche
Il est conquis sur nos terres, de Barham, Munawwara son agrément, a livré sa sentence 

Papa Ibrahima Diassé
Vendredi 8 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :