Magal des deux raakas : le défunt Khalife Serigne Sidy Moukhtar Mbacké parrain de cette éditionS


Au cours de la dernière réunion du comité régional de développement (Crd) consacrée aux deux rakaas que le fondateur du Mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba avait effectués le 5 septembre 1895 devant les autorités coloniales pour défendre l’Islam et rappeler qu’il n’y a de pouvoir et de puissance qu’en Allah, l’Eternel, l’adjoint du gouverneur de Saint-Louis, chargé des affaires administratives, Amadou Diop, a réitéré l’engagement indéfectible du gouvernement à contribuer efficacement à la réussite de l’événement.
Il a mis en exergue l’intérêt particulier que le chef de l’Etat accorde à cet événement dont la 43ème édition est parrainée par le défunt khalife Serigne Sidy Moukhtar Mbacké. 
Amadou Diop a donné des instructions fermes aux chefs de services régionaux de l’administration déconcentrée pour qu’ils prennent d’ores et déjà toutes les dispositions en vue d’assurer un succès éclatant à cette 43 édition, qui va accueillir cette année plus de deux millions de pèlerins, des éléments du Groupement Mobile d’Intervention (Gmi), de nombreux militaires, gendarmes, sapeurs-pompiers, secouristes, etc.
L’adjoint du chef de l’exécutif Régional, en présence des proches du parrain de cette  édition,  a laissé entendre que ce Magal est longtemps considéré comme le deuxième événement mouride après le Grand Magal de Touba.
Au cours de ce CRD, le président du kurel des deux raakas, Serigne Ahmeth Fall, a rappelé que cette commémoration de cette prière des deux raakas se mondialise, elle a fini de faire son chemin en Europe et déjà en Amérique, après l’institutionnalisation de la Journée Cheikh Ahmadou Bamba dans les grandes métropoles, comme journée chômée et payée. Une grande journée qui s’est hissée parmi les manifestations les plus importantes du calendrier religieux américain ? Ailleurs dans le monde, la même effervescence religieuse est vécue à la même date, pour les mêmes objectifs et solidairement avec Saint-Louis.
Cette ville tricentenaire, selon Ahmeth Fall, est aussi devenue par la baraka de ces deux raakas de Khadimou Rassoul, un pôle de rayonnement spirituel mondial et de renaissance de la foi islamique. « La flamme de cette renaissance doit être entretenue par l’ensemble des fidèles musulmans de notre pays », exhorte-t-il.
Mardi 14 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :