Macky Sall et la Coupe du Monde : Par pertes ou par profits ?


Le président Sékou Touré attachait beaucoup de prix au succès du Syli national de la Guinée, auquel il aimait inculquer les valeurs de la Révolution pour fouetter l’ego collectif de ses compatriotes.

En effet, le football a toujours irrigué les sentiments nationalistes, notamment dans les pays naguère sous domination française. A cet égard, la victoire du Sénégal contre la France en match d’ouverture de la Coupe du monde 2002 a induit "un sursaut patriotique", tel que chanté par Abdou Diouf au début de son magistère.  

Pour la participation du Sénégal au Mondial, officiellement, l’objectif n’est pas uniquement de "prendre les trois points", selon la formule consacrée. L'autorité chercherait à profiter politiquement d’un éventuel bon parcours des Lions dans la compétition. L’Etat va suivre au plus près la préparation de l’équipe nationale. Et le ministre des Sports n’a pas l’intention de faire banquette. Plutôt que de descendre sur les terrains et d’y mouiller le costume, en campagne déguisée, peut être. Matar Bâ assistera certainement aux matches de préparation des Lions. Il va rendre visite aux joueurs en leurs lieux de regroupement, et peut être dîner avec eux. Le ministre devrait aussi accompagner les fédéraux dans leur mission de prospection.


En réalité, il n’y aura pas forcément de lien de cause à effet entre les résultats des Lions et l’impact politique sur la présidentielle de 2019. D’autant que le Sénégal n’est pas une véritable nation de foot. Toutefois, un beau parcours des Lions au Mondial russe peut contribuer à mettre du baume au cœur des Sénégalais, mais il n’y a pas grand-chose à attendre en termes de popularité. Celle du chef de l’Etat, à un an de la présidentielle de 2019. Par contre, avoir pris toutes les mesures pour que l’événement soit réussi, personne ne le lui reprochera. Les autorités vont vouloir s’impliquer et s’intéresser à l’animation, en complicité avec la télévision nationale. L’objectif sera que chacun puisse vivre le mondial. L’image du pays est forcément scrutée de près à l’occasion de cette compétition d’audience internationale. Mais, ce serait une erreur totale de vouloir faire de la récupération politique. 

Pour rappel, le 13 novembre, 24 heures avant la 6e et dernière journée des éliminatoires de la Coupe du monde, le Président Macky Sall a convié à une audience les joueurs et le sélectionneur national, souvent critiqué et se refusant toujours de répondre. Le Président Macky Sall a sur ce point fait preuve du tact nécessaire. "Nous avons confiance en vous", a-t-il d’emblée indiqué à Aliou Cissé. Non sans s’enquérir de l’état d’avancement du travail de celui-ci à la tête de l’équipe nationale, lui donnant ainsi des conseils. 
Samedi 2 Décembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :