Macky Sall ‘’L’Afrique ne devrait avoir ni chasse-gardée, ni exclusivité, ni exclusion’’


La fin des monopoles dans le continent africain. Voilà ce que Macky Sall appelle de tous ses vœux. Et sans se voiler la face, devant les parties prenantes de la 3e conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique (Ciea), il a estimé que ‘’l’Afrique qui se développe, ne devrait avoir ni chasse-gardée, ni exclusivité ni exclusion. Tous les partenaires sont les bienvenus sur le continent’’.   
 
Le président de la République qui a haussé de sa présence, la cérémonie officielle de cette Ciea pour relever la nécessité pour les autorités étatiques africaines de ne plus accorder des exclusivités aux partenaires étrangers, comme cela se faisait de l’indépendance à un passé recent. Dans la même lancée, il a souligné que ‘’pour les pays en développement de l’Afrique en particulier, la révision des règles internationales devrait intégrer, l’assistance technique, le renforcement des capacités de l’administration fiscale, le soutien à la révision des Codes minier et des hydrocarbures, entre autres.
 
Au cours de la première journée de cette rencontre de 3 jours à Dakar, Macky Sall a aussi évoqué la question de l’emploi qui, à ses yeux, constitue la seconde source du financement de développement’’. Cependant, il déplore le fait que ’’le cercle des partenaires se réduit lorsqu’il s’agit de bâtir des infrastructures majeures’’.
 
Il a en outre, relevé la nécessité, pour les États africains de combattre l’impunité fiscale. ‘’Il faut lutter contre l’impunité fiscale. Il convient d’abord de punir, plus fermement, contre les évasions fiscales et les flux financiers illicites’’. Une position qu’il dit avoir plusieurs fois défendue devant la communauté internationale ‘’pour une meilleure coopération internationale à ce sujet’’.  Il en veut pour preuve que ‘’chaque année, entre 40 et 80 milliards de dollars échappent au continent’’.
Jeudi 17 Janvier 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :