Macky SALL avant et pendant, ma personnelle observation (Par Alpha BA, professeur d’Académie de Versailles)


Macky SALL avant et pendant, ma personnelle observation (Par Alpha BA, professeur d’Académie de Versailles)
Je me rappelle. Je me rappelle l’année 2012. J’étais encore étudiant à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. A cette époque-là, j’avais l’habitude, avec certains de mes condisciples, de débattre sur divers sujets. Et en de nombreux cas, les débats tournaient autour de sujets politiques. Ça peut se comprendre, puisque c’était l’année où mon pays organisait ses élections présidentielles. Parmi mes condisciples, je me rappelle deux d’entre eux, mais ne comptez pas sur moi si vous espérez que je déploie ici leurs noms _rire_ ! Je vous dirais juste qu’ils étaient passionnés par la politique. L’un était cent pour cent Macky SALL, l’actuel président du Sénégal et l’autre était du camp d’Abdoulaye Wade, le président sortant d’alors. Vous pouvez me croire, parce qu’en ce moment même que je suis en train de saisir cet article, j’ai les mains chaudes sur le seul fait que les événements m’apparaissent comme si c’était aujourd’hui. Chacun de mes amis tenait un discours en faveur de son candidat. Chose normale ! Moi, par prudence je choisissais de ne rien dire. J’étais trop méfiant par rapport aux hommes politiques. Je le suis toujours d’ailleurs. Ils ne m’ont jamais convaincu. En dépit de tout, j’arborais un sourire. Je ne souriais pas parce que j’étais d’accord avec l’un d’entre eux, mais je le faisais juste pour montrer ostensiblement que toutes les deux candidatures n’avaient pas pu présenter un programme qui pouvait m’amener à le reconnaître comme bon pour le pays. Je ne comprenais pas comment on en était arrivé là : pour moi aucun des deux candidats _les autres non plus même s’ils ne seront pas évoqués dans cet article_ n’avait le profil idéal que je voulais pour le Sénégal. On pouvait imaginer que tous ces candidats étaient à la limite de l’espoir mais ce n’était pas de véritables coups de cœur pour moi. D’ailleurs s’il pouvait m’arriver d’avoir un coup de cœur, ça aurait été pour WADE, une personne qui pouvait me fasciner par son charisme et son panafricanisme. Monsieur Macky SALL ne m’a jamais convaincu. Les autres candidats non plus. Donc juste pour dire que je ne me retrouvais pas parmi cette myriade de candidats qui s’étaient présentés.

Monsieur SALL, au pouvoir …
 Macky SALL au pouvoir ! C’était la plus grande déception que j’avais en ce moment-là. Je me rappelle ce petit matin chez moi. Avec ma mère et mes nièces, on regardait à la télé un reportage sur Macky SALL qui venait juste d'être choisi comme président par les Sénégalais. Il faut le reconnaître, Monsieur avait un parcours assez suffisant pour pouvoir aider le peuple qui l’avait élu. Je me disais à cet instant-là qu’il devait avoir acquis toutes les qualités qu’Amadou Hampaté BA nous enseigne à l’école du caméléon _dans ses leçons, Amadou Hampaté BA enseigne que le caméléon est un grand professeur. C’est un animal qui s’adapte à tous les endroits et qui est prudent dans la marche On peut comprendre par ça qu’il essaye de nous faire savoir comment l’être humain doit se conduire par rapport à son prochain, être tolérant, avoir un objectif précis dans la vie_
 
Cependant, la réalité est différente quelques fois. Macky SALL a peut-être oublié les circonstances qui lui ont permis d’accéder, par chance, au pouvoir. Ou peut-être est-il juste élu président pour étancher sa soif du pouvoir ?
 
 À vous Président ! Combien de personnes, parmi vos adversaires politiques, avez-vous mises en prison et combien d’autres avez-vous laissées d’en sortir sans nous rendre compte ? Combien de fois avez-vous forcé à faire passer des lois incomprises par la majorité des Sénégalais ? Je dois vous dire, Monsieur SALL que vous êtes devenu mon président par défaut et vous êtes tout sauf le président qui incarne un Sénégal équitable, juste ; intègre et autonome qui pourrait marcher sur les voies du développement.
Mes félicitations …
Félicitations pour la gratuité des soins pour les enfants de 0 á 5 ans et les personnes âgées, de l´hémodialyse et de la césarienne. Félicitation pour l’électrification et l’installation de forages dans des centaines de villages, données passant de 8500 à 20.000 et pour les 2800 logements et plus qui sont construits et octroyés à des sinistrés. Félicitation pour les politiques novatrices de protection sociale financées par une forte réduction du train de vie de l´Etat, pour la couverture maladie universelle. Félicitation pour la subvention du matériel agricole, l’accroissement des montants du programme d´équipement du monde rural passant de 200 millions en 2012 á 4,8 milliards de FCFA en 2013. Félicitation pour la construction d´une deuxième université á Dakar et d´autres universités dans les régions de Thiès, Kaolack, Fatick, Ziguinchor ; des centres de formation professionnelle. Félicitation pour avoir achevé le chantier de l’Aéroport international Blaise Diagne que je trouve personnellement moderne.

Monsieur …
Je ne prétends aucunement vous dire ce que vous devez faire quand vous quitterez le pouvoir, mais quand ce moment arrivera un jour, je vous demanderais de réfléchir tranquillement sur ce que vous avez fait et ce que vous n’avez pas fait pour aider les Sénégalais. Je suis sûr que ce moment venu, vous vous rendrez compte comment on peut se sentir inutile pendant un moment que tout un peuple nous a fait confiance en nous mettant devant et qu’on n’a pas fait grand-chose pour l’aider. Réfléchis-y !

Moi, je me suis longuement demandé de quel pays suis-je …
Un pays où l’homme politique embobine le peuple par ses discours. Voulons-nous continuer toujours et encore avec cette pratique ? Celle  qui veut faire savoir à la majorité des citoyens qu’il n’y a pas d’argent pour créer des emplois, mais on voit qu’il y en a pour remplir les poches des élus ; où il n’y a pas d’argent pour construire des infrastructures modernes pour tous mais il y en a pour meubler leurs maisons de voitures ; où il n’y a pas d’argent pour financer des projets pour les jeunes, mais il y en a pour qu’ils se payent des nuitées dans des hôtels les plus onéreux du monde, où il n’y a pas d’argent pour nourrir, soigner, élever, protéger les Sénégalais mais il y en a pour le faire pour leurs familles.
Si je dois vous noter Macky SALL, voici ce que vous méritez pour moi : 4/10.
 
Réfléchissez-y, la destinée d’une nation ne doit pas être l’affaire d’un groupe de personnes d’un même ordre.
 
 
Vendredi 19 Octobre 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :