MOISE SARR, SECRETAIRE D’ETAT CHARGE DES SENEGALAIS DE L’EXTERIEUR SUR LE SOUTIEN A LA DIASPORA : « La cohérence des interventions a fondé notre action »

L’assistance aux Sénégalais de la diaspora dans le contexte de la pandémie du coronavirus est en cours de route. Dans cet entretien, le Secrétaire d’Etat chargé des Sénégalais de l’Extérieur, Moise SARR, tire à mi-parcours un bilan de cette initiative. Il y déclare : « la cohérence des interventions a fondé notre action ».


 

Dans le cadre du Plan de riposte contre les effets de la Covid-19 sur l'économie, une enveloppe de 12,5 milliards de FCfa a été allouée aux Sénégalais résidant à l'étranger. M. le Ministre, quel bilan tirez-vous de l’assistance aux Sénégalais de la diaspora ?

 

Nous en tirons un bilan satisfaisant au vu des nombreux efforts déployés par l’État du Sénégal et surtout des contraintes de départ auxquelles nous avons été confrontées. Il fallait, en un temps record,  sous l’autorité du Ministre Amadou BA, mettre en place un mécanisme de gestion au niveau de la portion centrale et installer des Comités de gestion dans toutes nos missions diplomatiques et consulaires, lesquelles sont présidées par nos Ambassadeurs. 

 

Dans l’optique d’une gestion vertueuse des ressources, mais surtout pour répondre avec efficacité aux préoccupations de nos compatriotes, des principes tels que la cohérence des interventions, la transparence, l’équité, la célérité et la reddition des comptes par nos missions diplomatiques et consulaires ont fondé notre action. Ce sont ces principes qui guident notre action au quotidien dans le cadre du plan sectoriel de contingence. 

 

Concrètement, cela s’est traduit comment ?

 

Une plateforme d’inscription et d’enrôlement de nos compatriotes (forcecovid19.diaspora.sec.gouv.sn) susceptibles de bénéficier des aides sociales que le Président de la République a bien voulu mettre à leur disposition a été créée le 18 avril 2020. Un centre d’appels avec des téléopératrices officiant en français et dans nos langues nationales a été adossé à la plateforme depuis le 28 avril 2020. Ce centre d’appels sert de support à la plateforme pour nos compatriotes qui ont des difficultés d’accès à Internet ou qui n’ont pas une parfaite maitrise de l’outil informatique. Je voudrais préciser, au passage,  que le Sénégal est le seul pays africain à avoir déployé un tel mécanisme de soutien à l’endroit de sa diaspora dans un plan global de riposte à la Covid-19. Cela témoigne à la fois de la générosité du Chef de l’Etat et de son  attachement singulier à la diaspora. Cette prise en charge est faire en deux phases. Il s’est agi, dans une première étape, de soutenir nos compatriotes contaminés à la Covid-19, les familles de personnes décédées de la Covid-19 ou d’autres causes, les compatriotes bloqués à l’étranger en raison de la fermeture des frontières et de la suspension des vols, et des étudiants non allocataires et dans une précarité extrême. 

 

La seconde phase, qui est en cours, concerne les personnes vulnérables que sont les retraités, les personnes âgées, notamment ceux vivant dans des foyers d’immigrés en Europe, nos compatriotes évoluant dans le secteur informel fortement impactés par les mesures de confinement, les compatriotes en cours de régularisation dans leur pays de résidence ; sans oublier les étudiants à l’étranger non allocataires (bourse ou aides) de l’État du Sénégal 

 

Pouvez-vous nous dresser la carte de la répartition de cette assistance ? 

 

Avec 195 477 inscrits sur la plateforme à la date du 29 mai 2020, répartis dans 142 pays à travers le monde, une enveloppe de 5 424 744 000 a été dégagée et envoyée à l’ensemble de nos missions diplomatiques et consulaires. La grille de répartition se présente ainsi qu’il suit :

Pour les familles des compatriotes décédés de la  Covid-19 ou pas, un montant de 2000 euros ou dollars leur a été alloué en fonction de la zone de résidence (Europe, Amérique, Asie). En Afrique, le montant octroyé est de 1000 euros soit 650.000 FCFA.

 

Pour les personnes contaminées à la Coviod-19  ou bloquées: 500 euros ou dollars selon les zones (Europe, Amérique, Asie) et 200.000 CFA  en Afrique.

 

S’agissant des étudiants non boursiers en Europe, Amérique et Asie 200 euros ou dollars leur ont été octroyés et 50.000 F CFA pour ceux en Afrique.

 

Enfin, 300 euros ou dollars ont été alloués pour les personnes vulnérables en Europe, Amérique, Asie contre 50.000 F CFA en Afrique.

 

Pour la seconde phase, la plus importante en termes de mobilisation de ressources, l’Afrique va bénéficier de 50% de l’enveloppe, l’Europe 30%, l’Amérique et l’Asie 20%. Les dotations aux différentes ambassades ont été faites sur la base du nombre de compatriotes inscrits dans la juridiction sur la plateforme numérique à la date du 04 mai 2020. Les rallonges se feront au fur et à mesure des comptes rendus envoyés par les comités de gestion et du nombre d’inscrits. Pour le cas particulier de l’Afrique, le Président Macky SALL nous a instruits de prendre en charge la totalité des inscrits dont les dossiers sont conformes. 

 

Nous avons suivi des scènes de bousculades à Paris. Qu’est-ce qui explique cette situation ?

 

Je précise que cet exercice auquel sont soumises nos missions diplomatiques et consulaires est singulier de par sa nature et son ampleur. A l’exigence du respect des principes énoncés supra s’est ajoutée, pour les amplifier, l’importance grandissante du nombre d’inscrits sur la plateforme. Je précise que depuis le début des opérations, la France occupe le peloton de tête des pays en termes d’inscription. 

 

Au regard de cette situation et vu le nombre de dossiers que notre consulat à Paris doit gérer, tout déficit de communication ou d’organisation peut engendrer les scènes regrettables, surtout en cette période où la distanciation physique doit être rigoureusement respectée. Le Consul Général a été instruit de prendre toutes les dispositions utiles et nécessaires à l’instar des quarante-neuf autres comités de gestion chargés d’allouer les aides sociales pour qu’une pareille situation ne se reproduise. J’invite nos compatriotes déjà enrôlés à plus de compréhension et de patience car toutes les équipes sont mobilisées pour leur apporter entière satisfaction.  

 

Il y a des Sénégalais bloqués au Maroc. Comment la chancellerie compte-t-elle organiser leur retour ? 

 

Ces compatriotes sont bloqués précisément à Dahla, Bir Ghandouz, Boujdour.  Ils ont été pris en charge par l’État et parfois avec l’aide des autorités marocaines qui, une fois de plus,  nous ont témoigné, de fort belle manière, l’exemplarité des relations entre nos deux pays. Aussitôt informés, nous avons, via notre Consulat général à Casablanca, procédé, depuis le 22 mars à un recensement pour un accompagnement en termes de nourriture et d’hébergement. Mieux, il leur a été également offert la possibilité d’être rapatriés, comme cela a été fait le 21 mars 2020 pour nos 172 compatriotes qui étaient à Casablanca dont certains en pèlerinage à Fès. L’option d’un retour par la voie terrestre a été préférée à notre proposition. 

 

En réalité, il s’est avéré que la majeure partie de nos compatriotes bloqués au Maroc sont des commerçants avec des voitures et camionnettes remplies de marchandises. Au regard de ce qui précède, le Maroc et la Mauritanie ayant souverainement fermé leurs frontières, nous ne pouvons pas exiger d’eux un assouplissement de cette mesure qu’ils appliquent à leurs propres citoyens.  Néanmoins, nous suivons la situation de très près et agirons en relation avec les autorités compétentes de ces pays le moment opportun. 

 

D’ailleurs, trois de nos de onze compatriotes bloqués pendant deux mois et demi dans le « no mans land »  appelé PK55 situé à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, ont été rapatriés sous escorte de la Gendarmerie mauritanienne jusqu’à Rosso, le 31 mai 2020. Aujourd’hui, ils sont confinés à Richard-Toll en attendant le résultat des tests. Les huit compatriotes qui ont délibérément refusé de monter dans le bus malgré l’insistance de notre Ambassadeur à Nouakchott y sont restés.

 

Qu’en est-il pour les Sénégalais se trouvant bloqués dans d’autres pays?

 

Le Sénégal a rapatrié 47 personnes des États-Unis, 14 compatriotes de la Turquie, 67 des Émirats Arabes Unis, 28 du Burkina Faso et 445 de la France.

 

Le Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a élaboré un planning de rapatriement à mettre en œuvre avec le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale et le Ministère du Tourisme et des Transports Aériens. 

 

Au total, 26 pays sont directement concernés par ces opérations de rapatriement sur une période comprise entre le 28 mai et le 3 juillet 2020. Il s’agit de la France, des Émirats Arabes Unis, de la République de Guinée, de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Bénin, du Ghana, du Niger, des États-Unis, du Nigéria, du Cameroun, de la République du Congo, du Gabon, de la République Démocratique du Congo, de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la Suisse, de l’Inde, de la Corée du Sud, de l’Arabie Saoudite, de l’Égypte, de la Turquie et du Maroc. 

 

Au total et selon les informations reçues jusqu’au 26 mai, plus de 1.115 compatriotes étaient bloquées dans le monde. Au même moment, près de 1.200 personnes binationaux et résidents italiens seraient bloquées dans notre pays et en attente de rapatriement. Nous sommes en négociation avancée avec les Autorités italiennes à ce sujet. A cette liste s’ajoutent des compatriotes résidant en Espagne et dans d’autres pays européens ou africains. Toujours pour le cas de l’Italie, il me plaît d’annoncer à nos compatriotes résidant dans ce pays que les Ministres Amadou BA et Aly Ngouille NDIAYE ont convenu, sur instruction du Président de la République, Macky SALL, d’envoyer sous huitaine des équipes de production et de renouvellement de passeports au niveau de notre Consulat à Naples et de notre Ambassade à Rome pour désengorger notre Consulat à Milan qui fait face, aujourd’hui, à une forte demande.

 

Le Président de la République, Macky Sall, a levé l’interdiction de rapatriement des dépouilles. Combien de Sénégalais décédés de la Covid-19 ont été jusque-là rapatriés ?

 

A la date du 31 mai 2020, sept compatriotes décédés de la Covid-19 ont été rapatriés. Les six viennent de la France et le dernier des Pays-Bas. 

 

Certains indexent l’absence de la mise à jour des Sénégalais de la diaspora. A quand remonte le dernier recensement des Sénégalais de l’extérieur ?

 

Un recensement global des sénégalais de l’extérieur n’a jamais pu être effectué à notre connaissance. L’État a souvent travaillé sur la base du fichier des inscriptions sur les listes électorales qui, il faut l’admettre, est parcellaire. S’y ajoutent les cartes consulaires qui permettent de déterminer le nombre de personnes immatriculées dans une juridiction. Malheureusement, nombre de nos compatriotes ne jugent pas utile de disposer de cet important document. 

 

Par ailleurs, les statistiques que nous communiquent les autorités des pays de résidence de nos compatriotes concernent ceux qui sont en situation régulière. Sont occultés de la liste, ceux qui ont la double nationalité ou ceux en situation irrégulière. C’est dire qu’il a toujours été difficile de déterminer, avec exactitude, le nombre de compatriotes à l’étranger. 

 

En réalité, la carte consulaire pourrait être un outil important de recensement. C’est pourquoi, dans notre POSAO, nous souhaitons lui donner de la valeur ajoutée en l’arrimant à l’accès à certains services. Un travail a été initié avec la plateforme forcecovid19.diaspora.gouv.sn que nous avons mise en place car elle a pu permettre à toutes les personnes qui ne disposent pas de la carte consulaire et qui résident dans un pays à l’étranger d’en faire la demande au moment de la formulation de l’aide. Nous envisageons d’améliorer la plateforme après l’évaluation du plan sectoriel de contingence en la basculant vers une plateforme interactive d’échanges et de dématérialisation des procédures de délivrance des actes consulaires pour accroitre la qualité des services offerts à nos compatriotes et passer d’une proximité  géographique à une proximité organisée et optimale en usant des nouvelles technologies pour plus de célérité et d’efficience.

 

Source : Le Soleil

Mercredi 3 Juin 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :