MAHMOUDA CHÉRIF : Polémique autour d’une école franco-arabe, 92 élèves laissés à eux-mêmes


Au moins 92 écoliers sont laissés à eux-mêmes faute d’enseignants à Mahmouda Chérif, localité située dans le département de Bignona, sur la route nationale n°5. Les populations  accusent l’Inspecteur de l’Education et de la Formation n°2 de Bignona. Elles ont même interpellé le ministre de l’éducation Mame Mbaye Thiam et le Chef de l’Etat Macky Sall. Saisi, l’inspecteur Mad Diouf n’a pas préféré donner sa version des faits.
Tout serait parti de l’octroi suivi de la construction d’un bloc de deux salles de classe par l’Etat, par le truchement du Budget Consolidé d’Investissement (BCI). Ce bloc est construit sur un site différent de celui sur lequel existait déjà l’école franco-arabe de Mahmouda Chérif depuis 2010 et qui accueillait déjà des enseignants dépendant de l’Inspection de l’Education et de la Formation (IEF) n°2 de Bignona.
L’école franco-arabe devrait en principe être délocalisée sur le nouveau site, mais selon les populations de Mahmouda Chérif, par la voix de Chérif Ousmane Aïdara, elles n’ont jamais reçu de document officiel venant de l’IEF 2 de Bignona leur notifiant cette décision. Elles disent avoir interpellé la mairie de Djinaky qui aurait déclaré n’avoir jamais reçu un tel document.
Le Khalife général de ce village a déclaré, par la voix de son porte-parole Chérif Habibou Rahmane Aïdara, avoir adressé plusieurs correspondances aux autorités éducatives voire administratives y compris au gouverneur de la région de Ziguinchor pour le démarrage des cours dans cette école franco-arabe pour le compte de l’année scolaire 2017-2018, sans succès ; car depuis la rentrée des classes, le 9 octobre dernier, aucun enseignant n’a été autorisé à travailler sur l’ancien site de l’école. Là, les salles de classes sont constituées de huttes et pas moins de 92 écoliers s’y rendent chaque jour.
Les populations, par la voix de Chérif Ousmane Aîdara, accusent l’inspecteur de l’IEF 2 Mad Diouf de « bloquer l’avenir » de leurs enfants et demandent l’intervention du ministre de l’éducation Mame Mbaye Thiam. Le Khalife général a même « lancé un appel au Chef de l’État Macky Sall » pour résoudre leur problème.
Appelé au téléphone, l’Inspecteur Mad Diouf déclare qu’il ne s’exprime pas car « le dossier est en train d’être traité par la mairie de Djinaky et par la sous-préfecture de Kataba ».
Jeudi 16 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :