Lutte contre le terrorisme : vers la création d'une force d'intervention rapide par l'Uemoa.


L'insécurité galopante en Afrique de l'Ouest, avec des attaques journalières imputées aux groupes jihadistes, est une problématique qui préoccupe au plus haut point l'Uemoa.  
Selon le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bagayoko, une réunion se tiendra le 11 novembre prochain et sera l'occasion pour les chefs militaires de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) de discuter de la mise en place d'une force d'intervention rapide qui devrait être opérationnelle fin 2019, début 2020.
« Avec cette réunion du 11 novembre, les chefs des opérations vont monter de opérations conjointes qui feront intervenir des bataillons sénégalais, ivoirien, et autres sur des théâtres malien, burkinabè et autres », a indiqué l'officiel ivoirien, en marge d'un point de presse sur l'Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) à Abdjan.
Rappelons qu'en 2014, trois pays qui appartiennent à cet espace, ont, avec la Mauritanie et le Tchad créé le G5 Sahel dont la force conjointe ne répond pas aux attentes des Etats membres en matière de lutte contre le terrorisme.
Vendredi 25 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :