Lutte contre le covid-19 en zone transfrontalière : Aline Badara Mbengue, préfet de Médina Yoro Foula, explique le dispositif.


Dans le cadre de la lutte contre le covid-19 en zone transfrontalière, le préfet de Médina Yoro, Alioune Badara Mbengue, revient sur la gestion de cette difficile question. Le département de Médina Yoro Foula est l’un des plus grands de la région avec une longue bande frontalière avec la Gambie. Donc le comité local de lutte, malgré cette grande superficie avec une porosité des frontières, a réussi à mettre en place un dispositif solide pour lutter contre le covid-19.

À en croire le préfet sur la question de la riposte transfrontalière, « il faut dire que nous sommes dans un département avec une très longue bande frontalière avec la Gambie. Il y a certaines communes qui disposent d’un nombre important d’immigrés qui pourraient rentrer au pays à travers la Gambie. D’ailleurs, ce pays a fermé ses frontières depuis le lundi passé, mais quand même, on a pu constater quelques cas. Mais avec l’appui de la police frontalière et de la gendarmerie, on a pu les identifier. Et la sensibilisation a été faite à ce niveau pour qu’au moins ces immigrés prennent leurs dispositions. D’ailleurs, le médecin chef du district les suit de très près. De plus, les élus sont au premier rang pour la croisade contre cette pandémie ».

À cet élan de solidarité, se sont associés les élus locaux comme Boubacar Diallo (hcct) qui a apporté un appui de plus de 2 millions. En ce sens, ce dernier a apporté un million en espèces pour le comité local de riposte et un million 500 en produits d’hygiène pour sa commune.

 Selon Boubacar Diallo (Hcct) et maire de Kéréwane, « nous suivons les directives du chef de l’État en apportant des soutiens à nos communautés pour arrêter le covid-19. Notre département est très enclavé et partage une longue frontière avec la Gambie, donc il est important d’avoir un dispositif préventif. » 

Revenant sur le couvre-feu et l’état d’urgence, il précise : « c’est un département très large, mais il y a quand même un très bon maillage avec un système d’information qui permettra d’éviter des rassemblements à tous les niveaux. Ce point, c’est l’essence même du comité départemental de riposte qui permet un échange permanent d’informations. Nous allons prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter les difficultés liées aux rassemblements par respect de la mesure prise par l’État. »

Le comité local de riposte a reçu en tout la somme de deux millions en espèces avec l’apport de l’honorable député Moussa Sabaly et de Dame Cissé (hcct) qui ont contribué chacun à hauteur de 500.000 francs Cfa...
Mercredi 25 Mars 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :