Lucarne du 8 février : Des paroles et des candidats


Madické Niang L’avocat a l’air physiquement fatigué, cela se comprend,  Kédougou n’est pas la porte à côté, et sans doute qu’il n’a pas trop  l’habitude d’y traîner.


Macky Sall : A Kanel, en pays Pular, il est en terrain conquis. A Bakel et Kidira, le président sortant est rôdé à l’exercice de meetings populaires.


El Hadj Issa Sall : candidat qui a l’enthousiasme sincère du débutant en  phase d’apprentissage, promet toujours et encore. Rien de bien nouveau ni original.

Idrissa Seck : A Porokhane, il est juste parfait si ce n’était l’écho Larsen qui doublait involontairement tous ses propos. Ancien talibé de l’école coranique d’abord avant d’être écolier de la l’enseignement français. A Kaffrine, le discours en off cache les rues un peu vides.


Ousmane Sonko : Il est le candidat « jamais sans mon couvre-chef »,, captive les jeunes qui courent éperdument devant lui. Ses promesses donnent le vertige tellement elles ne sont pas chiffrées et paraissent donc absolument aériennes et cosmétiques.


Manel Codou Ngoye

 

Vendredi 8 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :