Lettre ouverte au Commissaire Divisionnaire Boubacar SADIO « Pour autant qu’elle confère des droits, l’ainesse implique aussi des devoirs et des obligations » (Cheikhna Ch. S. KEITA)


Cher collègue, j’ai dû m’interdire à plusieurs reprises, de réagir à la suite de vos sorties dans la presse, pour éviter de tomber dans le piège d’une certaine réplique partisane que justifierait bien le fait que j’ai toujours assumé mon engagement politique et la conviction que le Président Macky SALL est un homme d’état exceptionnel qui est entrain de prouver qu’il mérite la confiance que le peuple sénégalais à placée en lui. Une réplique qui pourrait être alors, de vous opposer un bilan de ses réalisations ou quelques exercices de démonstration de tout le contraire de vos affirmations. S’il n’est pas de vous emprunter cette posture de va-t-en-guerre que vous affectionnez tant, votre état d’esprit de revanchard et votre style venimeux, pour faire dans ce genre d’expression qui, malgré l’habileté qui le marque, brille par son inélégance. 

De vous interpeler donc, en faisant dans le même ton que vous, parce qu’à cause de votre rang d’officier supérieur et de l’expérience que vous avez accumulée au cours de votre longue carrière de commissaire de police, je ne peux pas comprendre que vous ayez pu choisir de vous comporter comme ces contestataires sans foi qui assiègent les réseaux sociaux et la presse écrite pour insulter tous ceux qui ne sont pas du même bord qu’eux ou qui osent afficher des points de vue différents des leurs.

Acceptez s’il vous plait alors, que je vous dise que cette posture de gueulard sans conviction vous dévalorise, au contraire. Parce que le commun des sénégalais ne vous comprend pas et parce que la majorité de ceux qui vous lisent ne cautionnent pas l’insolence et la désinvolture et ne partagent pas vos points de vue. Et d’ailleurs quels points de vue ?  

En effet, cher collègue, c’est bien parce que je crois très sincèrement que vous n’avez pas le droit de vous comporter de la sorte que je me suis permis de vous faire cette adresse pour vous inviter à vous rectifier, si vous tenez vraiment à vous faire une place au sein de l’élite politique sénégalais, si tel est votre désir. Je voulais dire, à faire preuve de plus de retenue, de hauteur et d’élégance au moins, dans vos interventions publiques, pour toutes les raisons qui tiennent à ce statut de commissaire de police divisionnaire que vous revendiquez sans aucune réserve.

Et qui, parce qu’heureusement vous êtes à la retraite, ne vous interdit plus rien de tout ce qui est conforme à la loi. Mais qui, malgré cela, maintient de vous contraindre au respect des valeurs qui continuent de faire sa force et sa grandeur. 

Vous êtes bel et bien libres de ne pas soutenir le Président Macky SALL et de vous mettre tous les jours à critiquer sa politique. Et plus encore, vous êtes libres de le détester.  Mais, vous n’êtes pas du tout libres de porter atteinte à son l’honneur et à sa dignité en l’insultant et en lui attribuant sans aucune raison véritable, des comportements illicites et dégradants.   En vous prévalant le plus simplement du monde de défendre les intérêts de votre peuple, sans que rien de spécial ne vous ait convié à porter ce rôle. Puisqu’en vérité, vous vous savez n’être d’aucun engagement conséquent aux côtés de celui-ci.  

Arrêtez donc de vouloir coûte que coûte, le tromper en lui désignant comme ennemis, le Président de la République qu’il a élu et l’ensemble de ses collaborateurs. Et dites-lui plutôt, ce que vous cherchez réellement à obtenir en vous mettant à déverser continuellement des insolences et des fabulations sur des sénégalais qui n’ont que le tort d’avoir été régulièrement portés aux affaires. 

Pour n’avoir toujours pas marqué votre engagement à participer à la construction du Sénégal à travers des actes significatifs, vous manquez réellement d’être un homme politique. Mais aussi, parce que cette autre catégorie ne semble pas vous convenir pour bien des raisons que j’ignore, vous ne voulez pas, il me semble, vous fondre dans la meute des activistes dont le discours ne fait que polluer le débat politique.

Alors que pourtant, avec Monsieur Adama GAYE, vous partagez l’expression d’une certaine haine et la propension à user de violences verbales. Et qu’aussi, avec Monsieur Guy Marius SAGNA vous partagez la farouche volonté de chercher par tous les moyens à provoquer la colère du peuple sénégalais  afin de le porter à se soulever contre ses dirigeants.

Il vous faudra bien un jour, choisir de vous ranger quelque part, pour tout le besoin que vous avez d’être compris et respecté par les sénégalais. Heureusement qu’en attendant d’arriver à le faire, il vous reste de pouvoir demeurer être le commissaire divisionnaire de classe Exceptionnelle à la retraite, Boubacar SADIO. Ce qui n’est pas rien d’ailleurs. Restez y donc et appliquer vous à mieux l’assumer en vous réappropriant toutes les valeurs qui s’attachent à un tel statut et qui sont entre autres, la discipline, l’honnêteté, la probité morale et intellectuelle, le discernement, la correction, la discrétion et la courtoisie, le courage, l’application et la rigueur.  

Pour vous avoir inculqué toutes ces valeurs durant votre formation au métier de commissaire de police, votre pays vous a façonné à devenir un modèle pour les femmes et les hommes qui ont eu à servir sous vos ordres et même pour l’ensemble de vos concitoyens. Voilà pourquoi, même étant aujourd’hui à la retraite, vous ne pouvez pas verser dans des comportements inappropriés, sans déranger et sans risquer d’être banni par vos semblables.

Parce que justement, les valeurs qui vous obligent sont la substance vive de cette marque de fabrique valorisante que portent dans le monde entier, tous les membres des forces de défense et de sécurité, en s’imposant de les respecter et de les mettre en relief partout où ils sont appelés à occuper des fonctions étatiques ou politiques. 

En plus, regardez juste autour de vous et vous verrez que tous ceux qui comme vous, sont aujourd’hui à la retraite s’appliquent à ne jamais se faire remarquer par des écarts de comportement et de langage. Et cela, même s’ils ont choisi de s’engager dans la politique. C’est le cas du Colonel KEBE qui est entrain de tracer sa voie au sein de l’opposition sénégalaise.

Mais aussi celui du Capitaine DIEYE qui a fini de prouver qu’il sait se tenir correctement dans ce cercle de titans malgré son jeune âge. Pour ne citer que ceux-là. 

Alors, pourquoi vous qui avez été un commissaire police talentueux, chevronné et discipliné, tenez-vous tant à incarner cette exception dérangeante et dévalorisante à plus d’un point de vue. Quittez-la donc, s’il vous plait, pour tout le bonheur que vous vous souhaitez.

Refusez-vous de devenir l’otage de tous les agitateurs sans conviction tenteront toujours de vous enfermer dans leur cercle. Parce que, pour vous assurer d’être un bon opposant, vous n’avez pas besoin d’arborer cette tunique d’insulteur public sans vergogne. Même pas pour vous assurer d’exister politiquement. A moins, que la raison profonde de vos agissements ne soit que des sentiments personnels.

De la rancune ou de la haine. Toutes choses que seul peut comprendre celui qui les porte. Malgré tout, si tel est le cas, faites-vous en guérir au plus vite parce qu’elles ne mènent à rien de bon. Et aussi, parce que le Président Macky SALL n’est l’ennemie d’aucun citoyen de ce pays.  

Critiquez donc comme vous voulez tout ce qui est fait au nom du Sénégal et de son peuple. Parce que vous avez le droit de le faire. Réclamez, revendiquez, contestez et protestez, parce qu’évidemment, les lois sénégalaises vous en reconnaissent le droit autant qu’elles protègent votre  liberté d’opinion. Mais aussi, parce que vous avez le devoir de participer à la construction de votre pays.

Travaillez à vous faire distinguer pour votre engagement patriotique conséquent, pour la pertinence de vos idées et pour la qualité de vos contributions. Au lieu de vous marginaliser en donnant à vos adversaires des  coups que la morale et l’éthique réprouvent. Enfin, veillez à vous faire utiles tout le temps et par tous les moyens que vous pourrez inventer, pour parvenir à mieux vous faire respecter et aimer.  

En conclusion, retenez qu’en tant que retraités, nous ne devrons jamais oublier ceci : Pour autant qu’elle confère des droits, l’ainesse implique aussi des devoirs et des obligations. Parce que justement, nous sommes les ainées de toutes les autres classes de citoyens sénégalais. 



Cheikhna Cheikh Saadbou KEITA
Commissaire de Police Divisionnaire à la retraite
Jeudi 24 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :