Lettre ouverte à Mr le président de la République du Sénégal : La Libye n'est qu'un bout de l'iceberg


Lettre ouverte à Mr le président de la République du Sénégal : La Libye n'est qu'un bout de l'iceberg
Monsieur le président
Permettez moi encore une fois de m'adresser à vous par ce moyen épistolaire  pour vous  donner mon opinion et les recommandations par rapport au problème "libyen" qui a défrayé la chronique dernièrement et que vous condamnez avec la dernière énergie si l'on en croit au ministre des affaires étrangères du Senegal .
Le sommet UA-UE auquel vous assisterez les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan sera sûrement centrė sur ce qu'il convient d'appeler le problème " libyen "
Monsieur le président le problème de la Libye date de longtemps et croyez moi ce ne sont pas des sommets et des manifestations qui vont trouver un début de solution à ce phénomène crucial que j'appellerais l'émigration-suicide.
Au delà des pertes humaines très douloureuses depuis le début du phénomène qui d'ailleurs ne se limite pas qu'à la Libye c'est une population très jeune et recherchée par tous les pays développés que le senegal perd au quotidien.
C'est regrettable pour un pays comme le senegal qui n'a que 57 ans de souveraineté nationale.
Monsieur le président vous conviendrez sûrement Avec moi que le mal est très profond et qu'aucun effort pour  une projection objective de résolution du phénomène n'a été menée jusqu'à présent.
Monsieur le président les statistiques de l'ansd sont très claires par rapport aux chiffres très alarmants qui devrait vous faire un tilt dans votre subconscient.
Une population très jeune et qui a 45% de sa composition sans formation et qui veut faire partie des citoyens sénégalais qui ont "socialement réussi "  c'est une bombe en gestation !!!
Monsieur le président à votre avis quel est l'avenir d'un jeune de 25 ans sans formation et qui vit dans une société ou un modèle de "réussite sociale " lui est présenté au quotidien à travers nos médias qui ont fini de travestir les réalités sociales ???
Monsieur le président ce phonème social n'est pas aussi simple comme on le présente.
Prenez conscience que quand le pays que vous dirigez a une population très jeune et je dirais même trop jeune il y a une politique à définir pour une projection sur l'avenir et la jeunesse de la population doit être transformée en avantage au lieu d'être un problème qui finit malheureusement par exemple à ce casse tête qui doit sûrement hanter votre quotidien en ce moment.
Monsieur le président il est grand temps que vous abandonnez votre politique pour la jeunesse avec les agences qui sont des gouffres a sous , n'ont rien donné en résultat et sont a contre courant d'une vraie politique d'emploi des jeunes.
Le vrai problème de notre jeunesse senegalaise c'est le manque de formation et le système d'insertion dans le monde du travail.
Monsieur le président les financements que vous donnez aux jeunes via ces agences ne servent à rien car ils sont livrés aux dures réalités du monde du travail très dur et qui a ses réalités et requiert beaucoup d'expérience et ténacité.
Monsieur le président pourquoi vous ne vous inspirez pas du model pôle emploi qui connaît un succès considérable
Après des formations qui s'adaptent aux réalités du marché du travail faites des partenariats avec les privés en y insérant les jeunes qui seront à la charge de l'état sénégalais et je pense qu'aucune entreprise ne dira non A ce partenariat gagnant gagnant.
Ces agences budgétivores doivent être réorientées vers l'insertion des jeunes dans les entreprises existantes et c'est seulement après avoir acquis beaucoup d'expériences que vous devez les laisser affronter les dures réalités qu'ils auront déjà côtoyé par expérience.
Monsieur le président croyez moi une action concertée et coordonnée avec une politique d'émigration négociée et planifiée pourrait trouver un début de solution.
Monsieur le président une jeunesse débordante d'énergie qui  ne voit pas une solution immédiate à son avenir est une bombe en gestation si vous n'y prenez garde.
Le mirage du "modèle de réussite sociale " en parfaite contradiction avec les dures réalités de notre société les conduit aux pires folies imaginables comme les tentatives d'immigration- suicide.
Monsieur le président une jeunesse sans formation conduit inévitablement à une problème de ressources humaines si on n y prend garde et je pense que les prémices de ce phénomène commencent à se faire sentir dans notre pays.
Monsieur le président le phénomène de l'émigration est trop sérieux pour laisser des non expérimentés se positionner en expert et je vous rappelle au passage qu'il existe des citoyens sénégalais Tres expérimentés en la matière et au passage je vous rappelle que le conseiller du ministre italien de l'intérieur en matière d'immigration est un citoyen sénégalais et je pense que ces expertises ne demanderaient rien à être consultés sur les problèmes d'immigration au Sénégal et seraient fiers de servir leur pays.
Monsieur le président si des actions projetées sur le futur concertées et coordonnés ne sont pas mises en place vous serez face à des foyers hélas de plus en plus nombreux et ingérables.
Monsieur le président tout en vous souhaitant un bon sommet UA-UE je vous prie de tenir compte de ces orientations pour des politiques de jeunesse viables.
Bon voyage monsieur le président !!!

Abdou Ndiaye
Citoyens sénégalais
Esprit libre.

td.inter@gmail.com.
Dimanche 26 Novembre 2017



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :