Les regrets de Me Mame Adama Guèye : « Dans le cas Karim, j'ai été trompé par Macky qui a aussi trompé le peuple Sénégalais... Maintenant, c'est le parti avant la patrie »


Me Adama Guèye, le moral au ras des pâquerettes, estime avoir été abusé dans l'affaire Karim Wade par le gouvernement du Président Macky Sall qui se targuait de vouloir appliquer une politique de reddition des comptes. 
Pour lui, jamais le Président Macky Sall n'a été intéressé par l'idée de rendre aux Sénégalais ce qu'ils avaient perdu par le fait de mauvais dirigeants. L'invité du Grand Jury croit aujourd'hui, dur comme fer, que c'est Wade-fils qui était visé et  personne d'autre. '' Dans le cas Karim Wade, on a été trompé, moi y compris.  J'ai défendu la Crei et je l'assume. On nous a présenté cette action contre Karim comme faisant partie d'un dispositif pour poursuivre tous les autres ( toutes les 25 personnes préalablement listées). C'est aujourd'hui que j'ai compris que c'était juste pour éliminer Karim, un adversaire politique potentiel,  que c'était pour un règlement de comptes. C'est regrettable qu'il ait été le seul à être jugé. Macky Sall a trompé le peuple avec ce dossier. ''
L'avocat de finir par tout jeter dans la poubelle des règlements de comptes estimant que même Khalifa Sall a subi la même furie. '' Dans le cas Khalifa Sall aussi, on a instrumentalisé la justice. Le dossier a été géré de manière hallucinante en terme de rapidité et de vitesse... La justice a été programmée pour éliminer un adversaire. ''
Pour ce qui concerne le dialogue auquel le Président Macky Sall n'a cessé d'inviter l'opposition, Me Guèye minimise, confiant que le Sénégal va droit vers sa première élection avant laquelle il n'y a pas de consensus sur les fondamentaux. C'est d'ailleurs, dira-t-il, les raisons qui l'ont poussé à  mettre en selle la plateforme de sécurisation des élections sachant que le régime en place a déjà fini de définir un puzzle pour frauder et  dont l'essentiel des pièces nécessaires à son succès sont placées. ''Comment peut-on aller aux élections sans corriger tous les dysfonctionnements. Les 38 recommandations dépassent le fichier électoral.'' Martelant que le népotisme est devenu monnaie courante avec le régime Sall, l'avocat signale que le parti est désormais au dessus de la patrie, contrairement à ce qui était scandé dès l'avènement du régime en place.
Minimisant la décision d'Abdoulaye Baldé d'aller rejoindre le régime en place, Me Adama Guèye dira ne point de sentir trahi par le maire de Ziguinchor, mais préfère le laisser à la merci du verdict populaire. Toutefois, il se voudra très clair : '' Le clientélisme politique est fini au Sénégal. (...). Je ne suis pas un homme de deal. Je n'ai jamais rien demandé à Macky Sall. Il ne m'a  jamais rien refusé. Il m'a proposé, j'ai refusé. J'ai eu des opportunités bien avant que Macky Sall ne soit ministre.
Interpellé sur la loi pour restreindre les réseaux sociaux avec la mise à jour du Code des télécommunications, l'avocat s'interroge sur le moment choisi pour relancer le thème. '' Pourquoi la veille d'élections, s'intéresser aux réseaux sociaux ? Tour le monde peut communiquer. Tout le monde peut se mettre en valeur. Ils constituent une voie de contournement aux médias conventionnels, traditionnels qui ne fonctionnent pas toujours correctement. Il n'y a rien de parfait. '' Me Mame Adama Guèye de soupçonner un manège politique aux objectifs lugubres piloté par le directeur général de l'Artp. '' On donne des pouvoirs à quelqu'un qui est membre de l'Apr. N'oublions pas que c'est lui qui était allé fermer Walfadjri lors du référendum. '' 
Me Mame Adama Guèye n'a pas manqué, dès l'entame des échanges, de rendre un hommage vibrant à Sidy Lamine Niass non sans s'interroger sur le rôle qu'il aurait pu jouer en perspective de la prochaine Présidentielle de 2019.
Dimanche 9 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :