Les avocats de la Mairie refusent d'être une "seconde défense" pour Khalifa Sall


Les avocats de la Mairie refusent d'être une "seconde défense" pour Khalifa Sall
Les avocats de la municipalité de Dakar ont refusé d'être une "seconde défense" pour Khalifa Sall, et l'ont très clairement fait savoir à la Cour d'appel.

"Nous ne sommes pas une seconde défense pour Khalifa Sall. Nous sommes là pour la manifestation de la vérité. Nous sommes les véritables parties civiles. Depuis que la municipalité m'a constitué, je n'ai rencontré aucun de ces prévenus", se justifie Me Ibrahima Diaw, conseil de la Ville. La présence de l'État du Sénégal est comme une pilule difficile à avaler pour le représentant de la Ville, qui n'a rien d'autre à faire que de s'attaquer à l'agent judiciaire.

Me Ousseynou Gaye remet en cause la version selon laquelle l'État du Sénégal aurait subi un préjudice dans l'affaire de la caisse d'avance. "L'État n'a pas sa place ici", fustige l’avocat de la Mairie, qui a plaidé en faveur de Khalifa Sall, pour ce qui concerne la présence d'un avocat dès l'interpellation. Le conseil de la municipalité a insisté sur le fait que "le représentant de l’État veut s’engouffrer dans une procédure qui ne le concerne pas". Me Gaye s'est déjà fait la réputation de défendre Khalifa Sall et non la municipalité de Dakar...
Lundi 30 Juillet 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :