Le libéralisme social 3.H du président Macky Sall dans la dynamique unitaire de Benno Bokk Yaakaar face aux défis de la résilience et de l’émergence


Le Parti de l’Alliance Pour la République YAAKKAR, aura bien relevé le défi de tenir deux grands évènements en cette fin du mois d’octobre  et ce début du mois de Novembre: le 62 ème Congrès de l’Internationale Libérale et le Congrès d’Investiture du Président Macky Sall par l’APR, la Coalition Benno Benno Bokk Yaakkar comme leur  candidat aux prochaines élections présidentielles de Février 2019 dans une dynamique  unitaire.

Tous ceux qui ont suivi le Congrès de l’International Libéral et celui de l’ Investiture du candidat le Président Macky ont  bien pu mesurer à sa  juste valeur les efforts déployés par le parti  hôte tant au niveau de l’accueil, de la sécurité, de l’ambiance que du confort. Les invités et membres des   cent cinquante délégations présents à ce Congrès, ne nous démentiraient point. Pendant une semaine, Dakar, la coquette,  jadis capitale  de l’Afrique Occidentale Française,  connue pour son  sens de l’hospitalité légendaire «  la Téranga » , Diamniadio , la ville nouvelle sortie de terre en si peu de temps , concrétisant un vieux rêve devenu réalité, non  pas par un coup de baguette magique , avec ses infrastructures de dernière génération, le Centre de Conférence Abdou Diouf ( CCAD), qui porte fièrement le nom de l’ ancien Chef d’Etat du Sénégal,   le  Complexe Sportif Dakar  Arena ont  été le lieu de convergence de tous les libéraux, de démocrates, socialistes  du monde entier,  venus communier et  échanger autour d’un thème d’actualité : « LIBERALISME 4.0 ». Comble de coïncidence, l’Assemblée Nationale venait  juste de voter le Code des Communications Electroniques, pour être en harmonie avec les politiques et le cadre réglementaire des secteurs des technologies l’information et de la Communication (TIC). Ce qui confirme si besoin en était que le «  Sénégal Numérique 2025 », plus qu’une profession de foi est bien entrain  de se réaliser. Ce Congrès historique, par de là ses objectifs du reste largement  atteints, à  bien des égards avait un cachet tout  particulier : la présence de quatre  Chefs d’Etat, dignitaires  venus honorer l’invitation  de leur frère et collègue, Son Excellence le Président Macky Sall.  Occasion ne pouvait alors être mieux appropriée pour  l’un des hommes les  mieux élus démocratiquement, dans l’histoire du Sénégal et dans le monde ,  de confirmer par l’acte, loin des vociférations d’agités inconsolables de leurs nombreuses et humiliantes déconvenues électorales ,  des craquetements  des cigales, des grésillements des  grillons qu’il est bien membre à part entière de la famille libérale  du Père du libéralisme africain , le Président Abdoulaye Wade. Le Président Macky SALL est bien aujourd’hui le digne héritier de ses prédécesseurs , bâtisseur des chantiers infrastructurels, mais surtout ceux des cœurs et des esprits, pour  la paix,  la concorde, l’unité nationale et de l’émergence. Ainsi il entend bien préserver, consolider les acquis positifs, le legs de ses prédécesseurs et les surpasser.  Par quelle voie ? Celle du libéralisme. Quel libéralisme ? Un libéralisme humain et social. Mais le libéralisme humain et social, c’est quoi même ?

Le Président Macky prône  un libéralisme social  à visage humain.  La liberté est l’une des valeurs essentielles du libéralisme. Comme disait Hans  Van  BAALEN : « Il ne saurait  y avoir de bonheur sans liberté. Mais elle ne saurait être confondue à des pratiques et comportements qui nuiraient à la liberté  des autres. »

Le  Parti APR a été crée par un groupe de patriotes qui se sont retrouvés dans les actes  et principes citoyens, d’honneur, de dignité  posés par  son leader le Président Macky SALL pour défendre les symboles de la République bafoués par  le  régime libéral d’alors. Il est bon de rétablir  la vérité travestie par  certains, adeptes du mensonge , à la rancune tenace et éternelle «  travelos de l’histoire ». Ces « vieux bébés libéraux de lait  et de sang  contaminés » qui peinent à perdre  leur dents de lait, à se sevrer   du biberon de l’ignominie, des intrigues mesquines,  et à s’affranchir du servage, de l’aplatissement, de la reptation  ont la prétention, le toupet de dénier au Président Macky Sall son libéralisme . Quel culot ! La vérité est que le  Président, tout jeune avait quitté volontairement le Parti communiste sénégalais maoïste AJ pour intégrer le PDS qui épousait parfaitement ses valeurs d’humanisme, d’intégrité et de liberté. Il apporta ainsi une contribution notable par  son engagement , son courage au combat du Sopi vers la victoire en Mars 2000. Il fit montre d’un loyal compagnonnage pendant  vingt ans  avec le PDS.  La méchanceté, la jalousie, l’hystérie collectives dirigées contre  le Président Macky  mirent fin à cette union et   leur règne en mars 2012. L’APR constitue, en vertu de l’article 1 des Statuts du parti APR un parti de masse, ouvert, basé sur les principes de la démocratie et de l’Etat de Droit. Il adhère aux valeurs et principes du Libéralisme social et est résolument attaché à la forme républicaine de l’Etat et à son contenu démocratique. L’APR, à l’image de son leader prône l’humanisme. Ce dernier compte  apporter un nouveau contenu  au libéralisme qui sera  articulé autour de trois  axes majeurs du programme YonnouYokoute : l’Humanisme républicain,   politique et économique. D’où le concept des 3 H qui symbolise et matérialise bien le Libéralisme du Président Macky Sall.

Le Patriotisme économique a comme crédo : Gouvernance  sobre et vertueuse, solidarité. Ce que le Président Macky a traduit nettement dans son plan phare inédit dit Plan Sénégal Emergent le référentiel unique en matière de politique publique avec un taux de croissance de près de 7%   qui fait école partout en Afrique et ailleurs, avec comme triptyque : Transformation Structurelle de l’Economie, La  Bonne Gouvernance, avec des instruments de transparence dans la gestion des ressources naturelles, l’ITE, Cos Pétro Gaz, le Capital Humain.

L’Humanisme républicain du Président Macky.

Il redéfinit la nature des rapports entre l’Etat, les gouvernants et les administrés, en faisant prévaloir la  décence et la pudeur républicaines dans le comportement du gouvernant,  dans ses rapports quotidiens  avec la chose publique, au nom de l’intérêt général. En retour il exigera des citoyens  de tout âge et de tout bord de fonder surtout  leurs actions quotidiennes sur des bases civiques et vertueuses. D’où une  aspiration permanente du citoyen à l’excellence, à  la conscience professionnelle et à  l’intégrité. Le libéralisme qui ne fait certes pas l’unanimité, malgré tout  est bien la voie de création des richesses, pour favoriser la croissance et créer l’émergence et le développement. L’Etat libéral tel que  conçu par le Président Macky ne saurait se cantonner à un rôle exclusif d’Etat gendarme. Il devrait au contraire au nom d’un humanisme républicain  entreprendre des actions sur le front social. L’implication et l’intervention de l’Etat libéral dans la vision du Président Macky auront bien contribué à faire reculer la pauvreté, gage de la paix, de la  concorde et  de la stabilité sociales. Le nouveau régime libéral  du Président Macky Sall a posé des actes notables dans cette direction : l’éducation, la santé, la couverture médicale universelle, les bourses scolaires et sociales,    le relogement des populations sinistrées, l’indemnisation  par l’Etat des  pertes de cheptel des éleveurs des récoltes des agriculteurs,  les magasins de commerçants détruits par des incendies, les dégâts   causés  par l’érosion côtière et  la houle aux victimes.

Une autre empreinte parfaite de l’Humanisme républicain du Président Macky Sall est la prise en compte de nos valeurs socioculturelles, nos croyances religieuses en phase avec le  respect scrupuleux du principe sacro saint républicain de laïcité et de démocratie de l’Etat.  C’est l’exception sénégalaise que nous envient beaucoup de pays , gage de la cohésion sociale, de la stabilité et de la cohésion nationales. Cette diversité ethnique, culturelle, religieuse loin  d’être un obstacle , constitue au contraire un grand capital humain ,une force vive qui consolident et vivifient en permanence le socle de nos valeurs millénaires attachées à notre Nation que nous ont léguées nos ancêtres. Le premier  Président du Sénégal Léopold Sédar Senghor,  issu de la communauté  ethnique sérère et chrétienne minoritaire dans ce pays n’a t-il pas dirigé le Sénégal  pendant 20 et un ans, avec un fort soutien  de la communauté musulmane ? Nous devons ces acquis à un peuple uni  dans un seul but, une seule foi, à nos vénérables  guides religieux qui ont eu l’esprit clairvoyant d’avoir opté pour un islam confrérique qui œuvre pour l’éducation, l’éveil, qui inculque   aux disciples le culte du travail, la conscience citoyenne, la fraternité, la foi , la tolérance dans les  «  Dahiras » (associations  ) les « Daras, » (écoles) pour les prévenir du radicalisme, du fondamentalisme intolérants importés d’ailleurs. Le Président Macky Sall, conscient de l’apport et du rôle considérable de ces autorités religieuses et coutumières en tant qu’ acteurs incontournables de régulation , de pacification de l’espace social, scolaire , syndical, politique n’a pas  voulu être en reste. Il a ainsi mis  en place un cadre juridique et un dispositif  textuel d’encadrement et de promotion du capital humain . Le Chef de l’Etat  a entrepris la modernisation des écoles coraniques, la construction, la réhabilitation des mosquées, d’églises, des centres de conférence, des résidences équipées,  valorisé le traitement des maîtres coraniques. Et que dire de sa courageuse et juste et équitable décision  qui permet désormais aux diplômés en Arabe d’être recrutés dans la fonction  publique et de pouvoir faire les concours pour être des diplomates, au même titre que leurs congénères issus des écoles françaises ?

Le Patriotisme Economique du Président Macky Sall.

L’une des manifestations de ce beau Partenariat Public  Privé est cette historique mesure d’affecter 15% de la commande publique aux artisans, ouvriers nationaux.

 Un Sénégal de Tous, Un Sénégal pour Tous a dit monsieur le Président Macky Sall ? Au départ modeste profession de foi, doctrine, l’ambitieux programme Yonnou Yokouté,   avait valu à son concepteur, l’ancien opposant d’alors de parcourir  en entier le pays à plusieurs reprises par monts et vaux, ne laissant aucun coin du Sénégal des villes, et celui des profondeurs et de  la Diaspora. Devant Dieu et les hommes, on peut bien soutenir à juste raison au risque de blesser sa modestie que le Président Macky est un homme bien et de bien.
 
L’Humanisme Politique du Libéralisme social du Président Macky Sall.
Très tôt, le Président avait  à travers l’orientation de son parti , le programme YOONOU YOKOUTE, pris l’option inclusive de gouverner ensemble en œuvrant inlassablement pour la paix et le dialogue. Le Le Président Sall, et son aîné  le Président de l’AFP Moustapha Niasse, socialiste authentique , avaient  apporté un démenti cinglant  aux censeurs, « gendarmes de l’idéologie », si prompts à crier , à dénoncer et condamner  sans  appel «l’apostasie idéologique». 
Mais aujourd’hui quelle place occupe même l’idéologie dans les formations politiques au Sénégal ? Quel est son impact dans les visions et dans les programmes des partis ? Quel intérêt pour le citoyen sénégalais, en ce 21ème siècle aujourd’hui d’être un libéral, socialiste, marxiste, communiste, trotskiste, anarchiste, léniniste, staliniste, maoïste ? Le débat est posé.
 Le  Président de l’APR qui va avec le monde en faisant  toujours siennes les aspirations profondes et les préoccupations de son peuple et  celles  de l’humanité ne manque  de rappeler l’essence de son libéralisme social et humain :  «  Que ce qui est constant et qui fait notre fierté et nous motive à croire au libéralisme, c’est que par sa force, sa vitalité et sa propre dynamique interne, le libéralisme trouve toujours dans ses propres forces, à savoir la libre entreprise, le capital, le travail, l’esprit d’innovation, les ressorts de sa résilience et de son adaptation aux réalités de son temps . Et c’est essentiel de vivre les réalités de son temps en gardant ses valeurs. Ce qui nous motive malgré tout est bien la voie de création des richesses, pour favoriser la croissance et créer l’émergence. »

La réalité est qu’aucune idéologie ne détient le monopole exclusif des valeurs et vertus cardinales que sont l’humanisme, la générosité, le sens élevé de la liberté et de la démocratie. Il est aussi heureux de constater que l’exception sénégalaise dans la cohabitation ethnique, religieuse, le cousinage à plaisanterie, le dialogue islamo chrétien, gage de la paix et de la stabilité sociale trouve son prolongement dans la vie politique, grâce à la maturité, le réalisme de nos leaders politiques. Les pays sous développés du Sud n’ont pas les mêmes degrés, les mêmes niveaux de préoccupations sociales, économiques, culturelles que les populations des pays riches, en termes de priorités pour la santé,  l’énergie,  l’éducation, l’agriculture, les infrastructures. D’où la fédération de nos visions, nos volontés dans l’intérêt général. L’histoire du Sénégal nous a toujours démontré fort heureusement dans ses moments cruciaux, depuis fort longtemps que les leaders des partis d’opposition ont toujours répondu à l’appel du pouvoir chaque fois que la situation nationale l’imposait. Il serait utile de rappeler  à ces porte étendards attardés du libéralisme  de lait, devenus  amnésique l’entrée du PDS dans le gouvernement socialiste du Président Abdou Diouf à deux reprises. Que c’est la CA (Coalition Alternance) 2000, le FAL de l’alliance du Président Moustapha Niasse, avec des communistes, maoïstes qui avaient porté un libéral le Président Wade au pouvoir en mars 2000. Le scénario s’est répété encore en mars 2012 avec l’alliance de la Coalition des partis de gauche et libéraux, au sein de Benno BokkYaakar pour élire à nouveau un libéral. L’Allemagne, berceau du Libéralisme ne constitue t’elle plus pour ce « docteur Jekyll et Hyde », qui y  fit ses humanités, une référence, un exemple dans les modèles de gouvernance pluri idéologiques au nom d’une politique libérale de redistribution ? Plusieurs  fois le parti libéral SDP a gouverné avec les socialistes du SPD   et même les conservateurs du parti CDU. Le Président Moustapha Niasse avait bien fait de  rappeler : « Qu’il n’y avait aucune contradiction à ce que les socialistes et les démocrates se tiennent la main. Le monde évolue vite. La liberté est l’essence de l’existence humaine. Le socialisme démocratique et le libéralisme en mouvement se retrouvent au point de confluence où les attendent les concepts de libertés fondamentales. Et sous ce regard, les idéologies ont tendance à se retirer de plus en plus, dans les espaces de la théorie et de la nostalgie du passé ».
Il est triste de constater aujourd’hui  au Sénégal que certains  hommes politiques accordent peu de place hélas  à l’esthétique, à l’éthique dans le  débat politique, au profit d’invectives, de propos mensongers et injurieux. Comme le dit si bien le Président Macky Sall : « L’engagement politique doit bien pouvoir s’accommoder de la morale, de l’éthique et surtout la loyauté »
Aujourd’hui le danger de l’endoctrinement, l’embrigadement guette devant la porte de notre jeunesse, proie facile des sectes, mouvements fanatiques, factions, recruteurs de bandes armées, fondamentalistes dans la sous-région, tout près de nous, dans les couches sociales défavorisées.
L’ Humanisme économique du Président Macky Sall.
 
Le Président a bien mis à la disposition des populations des villes , surtout celles du Sénégal des profondeurs, (le monde rural) , longtemps oubliées, pour mieux améliorer leurs conditions de vie , des moyens en matériel, à travers le Pracas, le Pudc, le Puma, Promovil, la mise en valeur des   terres, octroyé des engrais, des semences aux paysans, construit des pistes pour évacuer les productions agricoles , octroi de gilets de pêche et  de moteurs de pirogues aux pêcheurs pour un coût de centaines de milliards , étendu le réseau routier, électrique , l’énergie solaire, éolienne avec la mise en place de centrales solaires dans des zones très reculées   , assuré la Sécurisation du milieu des Affaires avec l’APIX , construit partout des DAC, accordé des financements aux jeunes , aux femmes avec le programme DER. Par-delà les contingences, l’adversité politique, il ne fait aucun doute qu’en chacun d’entre nous, sommeille légèrement la conscience nationale qui se réveille au moindre appel du devoir, de la patrie. Le Sénégal est un, indivisible. Et comme disait un grand homme politique, (Maurice Barrès, La terre et les morts) la conscience nationale n’est que « la symbiose entre la terre où nous sommes nés et le culte des morts dont nous sommes « les prolongements.» Le Sénégal de Tous, pour Tous se fera bien entendu par nous Tous.
Dans l’unité, au nom de l’humanisme le Parti libéral  APR et ses alliés  de la Coalition Benno BokkYaakar, par  la détermination, l’abnégation de son peuple, le Sénégal  auront bien la capacité de résilience pour venir à bout de ces démons du siècle que sont ce tragique flux migratoire des jeunes vers des terres inhospitalières,  l’intolérance édictée par des courants , lobbies, populistes   en tous genres qui constituent une sérieuse menace pour l’humanité, et de créer les conditions de son émergence. Le monde d’aujourd’hui est devenu un village planétaire. Avec l’avènement de la Mondialisation, la globalisation , les TIC constituent une nécessité dans la vie des hommes. Pour autant elles peuvent être source de dangers, de l’utilisation qu’on pourrait en faire. Le Président MackySall en a la pleine conscience. Ainsi  dans sa politique en matière de TIC , il a entrepris avec le nouveau Code des Communications Electroniques de faire avec les TIC,  l’économie numérique, un moteur de croissance pour le  Sénégal, et contribuer à la mise en œuvre de la Stratégie Sénégal  Numérique. Mais le Président veillera  aussi au renforcement de la Sécurité et de l’intégrité des réseaux  et mènera une lutte sans merci contre la fraude au trafic international, la Cyber Criminalité,  les « Fake News » et trafics en tous genres. Et quoi d’autre ?  De ce qui précède , de par son vécu et son parcours , qui  mieux que le Président Macky pour s’adresser droit dans les yeux à toute la jeunesse du monde : Par la foi, le courage, la politesse, l’abnégation, tout jeune peut bien relever le défi de réaliser ses nobles et folles ambitions.  

Oui !  Le libéralisme  social incarné par le Président Macky Sall, ce digne fils de l’Afrique, avec ses alliés de la Coalition Benno Bokk Yaakaar, grand espoir pour les générations d’aujourd’hui et de demain  a de beaux jours devant lui.

Maître Djibril WAR

Directeur de l’Ecole du Parti de l’Alliance pour la République
Lundi 3 Décembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :