Le Pion de l’intérieur & l’Échiquier de Machiavel


Le Pion de l’intérieur & l’Échiquier de Machiavel
La politique est un jeu d’échecs, pas un jeu de dames. La clef n’est pas dans le nombre de pions gagnés, mais bien dans l’exécution d’un plan capable de  surclasser la stratégie de l’adversaire. Une opposition consciente  doit donc d’abord décrypter la stratégie mise en oeuvre pour ensuite développer des contre-mesures de sabordement avant de finalement dérouler son plan. Cependant, le positionnement d’un pion par le Prince de Machiavel n’est jamais sans intérêt. En effet, contrairement à ceux d’un jeu de dames, les pions d’un échiquier diffèrent de par leur aptitude et leur degré de nuisance. Dès lors, pour tout bon opposant, derrière chaque déplacement d’un pion, se cachent la motivation et le plan caché du prince. 

- La position de la case de l’intérieur…

Ainsi les aptitudes d’un pion, ses antécédents et surtout son niveau d’exposition aux risques d’une déroute sont l’ensemble des éléments qui expliquent son choix de position en poste avancé ce qui lui permet d’asséner des coups bas  à l’inférieur de la ceinture. Tout prince digne de Machiavel positionnera  un pion qui a suffisamment de crainte et d’intérêts à gagner à tout prix. Le prince sait que la peur des risques d’une défaite est plus motivante que l’allégresse d’une victoire. La peur donne le meilleur du pire. Alors ce pion devrait savoir qu’il souffrirait bien plus que n’importe quel autre pion en cas de défaite. Ainsi, du fait de ses intérêts propres de survie, il ne ménagera aucun effort, car conscient de la conséquence ultime: alors à l’assaut …

- L’échiquier du Prince Machiavel…

A la différence d’un pion inerte, l’homme politique à un instinct de survie. Le prince se doit donc de créer dans l’esprit du Pion des intérêts personnels mille fois plus motivants que les intérêts de la horde. Il faut un conflit d’intérêts au moment fatidique. Des intérêts de vie ou de mort qui vont entrer en conflit et prévaudront sur tout engagement républicain d’équité et d’égalité dans l’effort au service du citoyen dans une nation dite de tous et pour tous. Comprenons bien que la force du prince réside dans l’art de décrypter les motivations avides; d’user des ambitions inavouables et de créer des compromissions afin de s’assurer que de sa position, le pion fera tout, pas par amour ou par respect du prince, mais pour sa propre survie. Le prince le sait, les hommes sont avides de pouvoir et d’argent  certes, mais ils sont encore plus traitre…

- Le cavalier à l’assaut …

Cependant, le prince sait que ce pion ne peut être la reine trop précieuse, ni les fous trop idiots, et la tour protectrice doit demeurer intacte au moment de l’assaut final. Le prince a besoin d’un pion dont la monture doit pouvoir sauter par-dessus des remparts et briser la défense de l’adversaire. Seul capable de se déplacer latéralement, le cavalier ne peut reculer et n’a que faire des règles de la guerre. Il doit charger, même si sa monture piaffe d’énervement à l’odeur du pétrole se dégageant des flèches enflammées que décochent les archers avec beaucoup trop de pasteef. Mais le cavalier a plus peur des chambres à gaz et de la fournaise attisée au pétrole s’il se fait prendre...alors il passera à l’assaut, seul et sacrifié….Cependant, point de mélodrame ceci est une fiction…un texte d’un mordu d’échec… et comme disait Hugo en d’autres mots, la politique est le champ de bataille des temps modernes sauf qu’on meurt plusieurs fois…
NB : toute déduction et tout rapprochement pouvant naître dans l’esprit du lecteur n’engagent que lui …
À bon lecteur d’entre les lignes….salut 

Moussa Bala Fofana 
Ancien conseiller technique du Gouvernement du Sénégal 
Banquier / Développement PME CANADA
Ctfofana.matcl@gmail.com
https://www.facebook.com/moussabala.fofana 
Mardi 13 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :