Le Dr Babacar Diop à Touba : « Que le ministre de l’intérieur nous donne notre récépissé… Le comportement de la députée de Gniby est indigne »


En tournée politique nationale qui l’a aussi mené à Touba, le maire de Thiès n’a pas hésité à condamner la gifle et le coup de pied donnés à la députée Amy Ndiaye de Gniby par les «  honorables » Massata Samb et Mamadou Niang. 
« Je ne peux que regretter ce qui s'est passé ». Toutefois, il accuse la mouvance présidentielle de promouvoir volontairement la violence à l’assemblée.  « On peut tous s’empresser pour condamner la violence. Mais la violence vient d’abord du camp de Benno Bokk Yaakar. La violence vient d’abord de la députée qui a insulté des Sénégalais. Nous devons condamner son attitude. Il faut respecter nos chefs,  respecter les croyances des autres. Il y va de la stabilité de notre pays. Si on ne peut se réjouir de ce s’est passé, je pense que nous devons aussi condamner le comportement indigne de cette députée. Serigne Moustapha est un homme respectable qui a des talibés. »
 
Candidat à la prochaine présidentielle, le Dr Babacar Diop fera aussi une large plaidoirie au profit des paysans qu’il a rencontrés lors de la première partie de sa tournée politique nationale. « Les paysans sont un peuple abandonné. C’est un peuple qui souffre, qui a besoin du soutien de l’État. Je continue de réclamer la construction d’un État social au Sénégal, capable de soutenir les populations paysannes. J’ai échangé avec elles sur notre offre... » 
Interpellé sur la campagne agricole, il se voudra clair. « La campagne arachidière est une succession d’échecs. Depuis que le Président Macky Sall est aux commandes, les campagnes ont été des échecs. Ceux qui sont à la direction de cette opération ne sont pas à la hauteur des attentes et exigences ». 
 
Et c’est sans transition qu’il abordera ses ambitions présidentielles, non sans jeter une pierre dans le jardin d'Antoine Diome. « Ma candidature à la présidentielle est en construction. Les fondements de cette candidature sont solides. Le congrès de notre parti en janvier  se prononcera sur celle-ci... Nous peinons à obtenir notre récépissé pour ce parti qui a déjà deux ans d’existence. J’interpelle les droits de l’hommistes. Nous sommes des Sénégalais. Nos droits sont piétinés, violés. J’interpelle le ministre de l’intérieur! »
 
Il précisera que sa feuille de route privilégiera le secteur privé qu’il trouve assez moribond au Sénégal par la faute de l’État. « Nous sommes envahis par les entreprises étrangères, par les multinationales. Notre objectif est de relancer le secteur privé, le protéger et développer le patriotisme économique. »
Mardi 6 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :