La légende du faux compte Facebook « Soda Diagne », la plus grosse affaire de chantage sexuel gérée par la Dsc.


La légende du faux compte Facebook « Soda Diagne », la plus grosse affaire de chantage sexuel gérée par la Dsc.
Depuis mercredi matin, Harouna Bâ, un joueur de "navétanes" est interrogé sous le régime de la garde à vue, dans ce qui apparaît comme étant la plus grosse affaire de chantage sexuel gérée jusque-là par la Division spéciale de cyber sécurité (Dsc). 
Jeudi, les enquêteurs avaient recensé 80 victimes présumées, avec le même nombre de vidéos compromettantes, en exploitant le téléphone du mis en cause. Les victimes ont toutes entre 16 et 21 ans.

Promis à un bel avenir en tant que gardien de but pour l'Asc Khandalou de Yeumbeul, promu en championnat avec Malika et étudiant à l'Eno de Guédiawaye, Harouna Ba sera absent des pelouses pour quelques temps. Depuis le mercredi 17 novembre, il est interrogé sous le régime de garde à vue, à la Division Spéciale de Cybersécurité (Dsc) dans ce qui apparaît comme étant la plus grosse affaire de chantage sexuel de l'histoire de cette unité. En effet, mercredi, les hommes du commissaire Aly Kandé avaient recensé 50 victimes présumées et ils étaient à 80 victimes jeudi, âgées entre 16 et 21 ans grâce au téléphone du mis en cause, notamment des échanges WhatsApp avec le fameux Kocc Barma.

Le mis en cause a confessé, dans le secret de sa garde à vue qu'il avait successivement créé depuis lors trois faux profils de femmes sur Facebook: « Channel », « Khadija Ndoye » et plus récemment « Soda Diagne ». « Pour les photos je prenais celles d'une personne établie dans la sous-région, par exemple une Malienne. Après avoir récupéré ses données, je la bloquais pour qu'elle ne puisse pas voir ma page » a-t-il reconnu.

À travers ses faux comptes ils se liait d'amitié avec des jeunes filles, la plupart des mineurs en ouvrant des sujets sexuels comme la virginité, le sexe, les hommes... S'il sent que « sa copine » n'a pas froid aux yeux, à travers les questions et réponses, « Soda Diagne » lui confesse qu'elle peut lui présenter un homme riche capable de satisfaire tous ses désirs, sans même chercher forcément à entretenir avec elle des rapports sexuels. Mais à une seule condition : que sa « copine » lui envoie une vidéo dans laquelle elle danse en petite tenue.

Celles qui ont mordu à l'hameçon ont vécu l'enfer puisque Harouna Ba une fois les vidéos compromettantes en main, les faisait chanter et leur réclamait de l'argent entre 30 mille FCFA et 40 milles FCFA. Parfois des rapports sexuels et elles payaient les frais de l'appartement. Si elles refusaient, il vendait les vidéos à Kocc Barma selon le « chasseur ». Il avoue aussi aux agents de la Dsc que ses « affaires ont explosé à l'époque du couvre-feu instauré face à la première vague du coronavirus. Les filles avaient plus de temps et j'avais intégré plusieurs groupes », ajoute t-il.

Cependant une de ses victimes présumées, malgré les menaces, a saisi la Dsc après la publication de sa vidéo sur les réseaux sociaux c'est là que la saga de Harouna Ba a pris fin. Depuis son arrestation, les victimes présumées, identifiées grâce aux éléments trouvés dans le téléphone du mis en cause, défilent à la Dsc.
Vendredi 19 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :