La double attaque de Boulkessy et Mondoro revendiquée par le GSIM.


Dans la nuit du dimanche 30 septembre au lundi 1er octobre, des camps militaires de l'armée malienne ont fait l'objet d'attaques simultanées ayant fait en tout 42 morts.

À Boulkessy, un bataillon malien de la force conjointe G5 Sahel a perdu 40 hommes, au dernier décompte tandis qu'à Mondoro, deux civils ont perdu la vie.
Ces deux assauts ont été attribués par le G5 Sahel au groupe jihadiste burkinabé, Ansarul Islam. Finalement, c'est le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM) qui a revendiqué cette double attaque sanglante.

Dans un communiqué diffusé par son organe de propagande, az zallaqa, l'organisation terroriste dirigée par Iyad Ag Ghali dit « avoir tué au moins 85 soldats et capturé deux soldats dont le commandant du camp ».

Selon le chercheur Heni Nsaibia de l'Agence Menastream, qui a relayé en exclusivité le communiqué du GSIM, les jihadistes affirment avoir saisi 5 véhicules, 76 fusils d'assaut, 3 lanceurs RPG-7, 2 RCL SPG-9, 2 mortiers 60 mm et des munitions ».
Mais cette appropriation de la double attaque par le GSIM ne signifie pas que Ansarul Islam n'y est pas pour quelque chose.

Nombreux sont les spécialistes des mouvements jihadistes du Sahel qui sont convaincus que les deux groupes ont agi de mèche, surtout qu'une frange d'Ansarul Islam est fidèle au GSIM.
Mardi 8 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :