La distribution de riz dans les cités religieuses / Ce qui fait grincer des dents dans certains foyers.


De Touba à Tivaouane en passant par Médina Baye et Lèona Niassène, une petite grogne est née par rapport à la distribution du riz par le commissaire à la sécurité alimentaire à la veille d'événements religieux spécifiques. Si dans la capitale du mouridisme on a déploré la quantité jugée modique, dans celles de la tidianya certaines voix ont clairement dit que le riz n'a pas été disponible. À en croire El Hadj Aliou Thiam , Inspecteur régional  du commissariat à la Sécurité alimentaire de Kaolack, l'information est fausse parce que, dit-il, le riz a été apporté partout où il le fallait. Autrement dit, les 45 départements du Sénégal ont reçu leur quota, sans exception.

 Pour ce qui le concerne directement, nous apprend-il au téléphone, la distribution a démarré depuis le 3 novembre 2019... " Allez vérifier si Médina Baye n'a pas reçu son quota et interpellez directement le fils du Khalife Serigne Boubacar Niass ou le fils de l'Imam Ratib. Allez à Leona Niassène. Rendez vous  à Touba Ndorong et interrogez Serigne Babacar Mbacké Moukabarô, à Kanène discutez avec Serigne Babacar Kâne etc..."

Une source des services du ministère du développement communautaire qui préfère garder l'anonymat nous avoue quand même que les quantités ont été revues à la baisse et que la méthode de distribution a été modifiée.  

"Certains bénéficiaires se sont désolés de remarquer que les quantités à eux octroyées ont été réduites. À Tivaouane, Touba, Ndiassane, Thiénaba  ça a été, presque partout  le cas. La nouvelle démarche a été de donner les grandes quantités aux familles religieuses qui organisent le magal et le gamou et le reste directement aux familles déshéritées. Cette nouvelle manière de faire a frustré des gens, mais du riz directement acheté de la vallée a été amené dans toutes les régions du Sénégal." 
Samedi 9 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :