La Journée Mondiale de Quds : feuille de route de la civilisation islamique moderne (Dr. Mohammad Reza Dehshiri, Ambassadeur d’Iran au Sénégal)


La Journée mondiale de Quds est l’initiative de l'Imam Khomeiny qui a appelé le 7 août 1979, la communauté islamique à s’unir, le dernier vendredi du mois béni de Ramadan, pour la cause Palestinienne contre le régime d'apartheid et usurpateur sioniste. La journée mondiale d'Al-Qods est spécifiquement dédiée à la Palestine et à la liberté totale de la première qibla des musulmans. En fait, ce jour est le jour du réveil des musulmans et de l'unité de l’Oummah islamique.
L'initiative intelligente de l'imam Khomeiny, le fondateur de la révolution islamique, de nommer le dernier vendredi du Ramadan comme Journée mondiale d'Al-Qods était une décision stratégique qui a donné à la lutte palestinienne pour la libération de Qods une identité religieuse et a accru la culture du soutien musulman à la Palestine au sein de la communauté islamique. Qods a trouvé une nouvelle place dans la culture militante palestinienne, transformant la guerre pour la libération de la géographie palestinienne en une guerre de conviction pour la libération de saint Qods des griffes des sionistes. La désignation de la Journée mondiale d'Al Qods a étendu la question de Palestine au-delà des frontières géographiques de cette terre et a élargi le champ de bataille de la Palestine aux frontières du monde islamique. Cette appellation intelligente a amené tous les musulmans du monde sur le terrain du soutien aux combattants palestiniens et a uni le monde islamique autour de l'axe de Saint Qods.
En fait, la journée mondiale de Qods vise à condamner les atrocités du régime sioniste. Le régime raciste israélien poursuit son occupation militaire et sa politique de meurtre, de sorte que les crimes du régime sioniste sont un exemple clair de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Ces dernières années, le régime d'apartheid et usurpateur sioniste a intensifié ses agressions contre les Palestiniens. Il s'agit notamment des "punitions de masse", qui sont le facteur le plus important de la violation du "principe d'autodétermination" par les Palestiniens, du siège de Gaza, de l'achèvement de la barrière, de l'expulsion et du déplacement forcé des Palestiniens de leur patrie, assassinat de commandants palestiniens, destruction de terres agricoles dans la bande de Gaza, la mise en œuvre du projet de judaïsation de Jérusalem avec la poursuite de construction des colonies juives, destruction de maisons palestiniennes, renforcement de la présence militaire et de la surveillance à Jérusalem de l’Est, Interdiction de circulation des citoyens palestiniens demeurant à Jérusalem et révocation de leurs cartes d'identité ainsi que leur permis de séjour, expansion de la colonisation juive en tant que "valeur nationale" en Israël, séparation des Palestiniens de Cisjordanie de ceux de Gaza, l’occupation continue des hauteurs du Golan, le procès des Palestiniens devant des tribunaux militaires, etc. 
Au quotidien, le régime sioniste commet "des violations flagrantes, persistantes et systématiques des droits de l'homme", y compris des droits de l'enfant. Le régime d'apartheid israélien a arbitrairement et injustement fait des centaines de milliers de détentions temporaires et à long terme. Depuis 1967, plus d'un million de Palestiniens ont connu l'amère détention par les sionistes. Au cours des sept dernières décennies, la Palestine a enduré d'innombrables crimes de massacre, de purification ethnique, de changement de population, de torture systématique, de meurtre, de détention et de toutes les formes de crimes de guerre, de génocide et de crimes contre l'humanité. Les crimes contre l'humanité et la persécution tels que définis par le Statut de Rome et le droit international coutumier comprennent la violation grave des droits fondamentaux d'un groupe racial, ethnique ou autre à des fins discriminatoires. Les éléments de ces crimes dans le cadre d'une politique israélienne sont appliqués dans les territoires occupés. Cette politique, accompagnée d'une répression systématique et d'actes inhumains contre les Palestiniens, vise à poursuivre la domination juive sioniste sur les Palestiniens dans tous les territoires occupés. Le régime israélien doit être tenu responsable des violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire dans les territoires palestiniens occupés. 
Depuis plusieurs années, les sionistes mènent un effort à grande échelle pour détruire l'identité islamique de la mosquée Al-Aqsa et pour judaïser Jérusalem, au milieu de la préoccupation du monde islamique face au terrorisme takfiri de l'ISIS. A cet égard, le rapport annuel de l'Institut international de Quds mentionne 64 fouilles et constructions de tunnels dans les quatre parties de la mosquée Al-Aqsa, dont la moitié, soit 32 fouilles, se situent dans la partie ouest de la mosquée, ce qui met la mosquée Al-Aqsa au bord de la destruction. Les fouilles sionistes menées dans le but de détruire le sud-ouest de Jérusalem sous prétexte de l'existence du Temple de Salomon sous le Mont des Oliviers visent à détruire l'identité des musulmans, outre la judaïsation de Jérusalem.
 Le régime sioniste tente également de normaliser les relations avec certains pays arabes de la région dans le but de légitimer sa fausse identité. Le "régime sioniste" essaie d'effacer la cause palestinienne de l'esprit des musulmans du monde en normalisant ses relations avec certains pays Arabes. A l’heure actuelle la normalisation des relations entre certains États arabes et le régime sioniste encourage l'occupation et l'oppression sioniste en terre de Palestine. Les signataires des accords de normalisation ont instrumentalisé la paix pour justifier leurs actes, mais en réalité non seulement le peuple Palestinien ne s’est pas rapproché de la paix, mais le niveau d'occupation sioniste du territoire palestinienne a augmenté. En fait, pour normaliser ses relations avec certains pays arabes, le "régime sioniste" abuse de concepts tels que la paix, la sécurité, la stabilité régionale et le développement global. 
Ainsi, les efforts poursuivis vigoureusement par le régime sioniste pour la «normalisation» des relations avec les pays arabes visent à faire oublier la question palestinienne, dans le cadre du nettoyage complet de l'identité et de l'existence de la Palestine. En effet, le régime sioniste, par le biais de fouilles, a établi des zones touristiques, des musées, des parcs talmudiques, des synagogues, des salles et des centres à des fins religieuses, historiques et politiques douteuses dans la mosquée Al-Aqsa, dans l'intention de faire anéantir les tombes musulmanes dans la région, de détruire l'identité islamique de cette mosquée pour y faire dominer l'identité juive. Ainsi, le régime sioniste poursuit le plan de destruction de l'identité des Palestiniens de la mosquée Al-Aqsa. La relocalisation de l'ambassade américaine à Jérusalem fait partie du nouveau plan du régime sioniste pour empêcher que la question palestinienne ne soit à nouveau prioritaire dans la région. En fait, ce faisant, le régime sioniste entend déclarer close la question palestinienne et prétendre que la ville de Jérusalem, en tant que symbole de la Palestine, est désormais entre les mains du régime sioniste pour détruire ainsi l'identité de la Palestine. 
L'occupation de la terre de Palestine par les sionistes et le droit des Palestiniens à récupérer cette terre depuis plus d'un demi-siècle ont mis le monde islamique face à l'épreuve divine de défendre les opprimés et de tenir tête aux puissances dominantes. Le peuple opprimé de Palestine, en endurant des souffrances et des tortures historiques, est devenu un indicateur de la séparation de l'ami et de l'ennemi dans le monde islamique.
Il est vrai que soutenir la Palestine représente l'un des principes de la politique étrangère de la République islamique d'Iran. Tout en s'abstenant totalement de s'immiscer dans les affaires intérieures des autres nations, la république islamique d’Iran soutient la lutte des opprimés pour obtenir leurs droits contre les arrogants du monde et souligne la nécessité de défendre la Palestine et d'affronter le régime sioniste. 
Selon la république islamique d’Iran au moins trois facteurs principaux ont fait de la Palestine l'un des enjeux majeurs du monde islamique: premièrement, la nature de la terre de Palestine, son caractère sacré et sa place en tant que premier Qibla des Musulmans  parmi les adeptes de l'Islam; deuxièmement, la nature de l'ennemi sioniste et ses revendications idéologiques et historiques et son esprit expansionniste (avec la tentative de s'approprier davantage la terre de Palestine ainsi que les territoires entre le Nil et l’Euphrate); troisièmement, la nature de l'alliance entre l’Occident et le régime sioniste, qui cherche à diviser et à affaiblir l’Oummah islamique afin que les pays islamiques restent dépendants des grandes puissances.
Le soutien de la République islamique d'Iran au peuple opprimé de Palestine n'est pas une politique à court terme, et il n'est pas seulement enraciné dans des croyances religieuses, mais représente un devoir humanitaire basé sur la nature et l'essence de tout homme libre quelque soit sa religion ou sa race.
La République islamique d'Iran, pour résoudre la crise palestinienne, a présenté un plan démocratique et juste, intitulé « Organiser un référendum national en Palestine », qui a également été enregistré auprès du Secrétariat de l'ONU. Ce plan novateur, logique et raisonnable, conformément aux principes politiques internationalement reconnus, à savoir organiser un référendum avec la participation du peuple palestinien vise à rétablir la paix dans la région. Le peuple palestinien, comme toute autre nation, a le droit de déterminer son propre destin et de choisir le système qui gouverne son pays. Selon la République islamique d'Iran, le retour des réfugiés palestiniens dans leur patrie et la tenue d'un référendum au sein de la nation Palestinienne pour déterminer le sort et le type du système politique est le moyen le plus efficace de résoudre ce conflit. Selon ce plan, les musulmans, les juifs et les chrétiens d'origine palestinienne pourront choisir le type de système juridique équitable qui les régit et jouir librement et équitablement de ses droits. 
Selon ce plan, tout le peuple palestinien d'origine musulmans, chrétiens et juifs - pas des immigrants étrangers – partout dans le monde peut participer à un référendum public à l'intérieur de la Palestine, dans les camps et ailleurs, et déterminer le futur système de la Palestine. Ce système et le gouvernement qui en résultera, une fois mis en place, détermineront le rôle des immigrants non palestiniens qui ont immigré dans le pays ces dernières années. Il s'agit d'un plan juste et rationnel que l'opinion publique mondiale comprend bien et peut bénéficier du soutien de nations et de gouvernements indépendants. Le plan de la République islamique d'Iran a été formulé et présenté sur la base des principes de la démocratie et du droit international acceptés par toutes les nations. Ce plan sera une bonne alternative aux plans précédents qui ont échoué. En présentant ce plan, la République islamique d'Iran vise à réaliser une solution raisonnable et constructive à la question palestinienne et estime que tout plan d'action devrait être fondé sur le principe de "toute la Palestine pour tout le peuple palestinien".
La Journée mondiale de Qods représente le théâtre d'un large soutien du monde islamique à la cause palestinienne. Ainsi, la question de la Palestine et de la libération des Palestiniens des griffes du régime sioniste est désormais confrontée à deux tendances pressantes: l'une la volonté sérieuse et la motivation accrue de la jeunesse palestinienne à l'intérieur et à l'extérieur des territoires occupés pour réclamer leur terre palestinienne, accompagnées de l'augmentation des capacités de défense des groupes de résistance palestiniens, et deuxièmement, intensifier les efforts des sionistes pour purger les territoires occupés de l'identité palestinienne. Au cours des deux dernières années, plusieurs intifadas ont été lancées par les Palestiniens, et la jeunesse de Cisjordanie et les Palestiniens vivant dans les territoires occupés, ainsi que le feu furieux et révolutionnaire de la jeunesse de Gaza, ont porté leurs revendications au-delà de l’opposition à l'occupation sioniste pour revaloriser ainsi la récupération de l'ensemble du territoire palestinien. Avec le renforcement de l'esprit militant des combattants palestiniens, l’orientation finale de la lutte a progressivement conduit à la formation de l'axe de résistance, du fait que les crimes du régime israélien ne doivent pas rester impunis. Une solution à la crise palestinienne n'est possible que si les droits inaliénables du peuple palestinien sont pleinement reconnus et rétablis.
Dans la journée mondiale de Qods, la tâche principale des musulmans est de faire en sorte que l'Intifada d'Al-Qods et le retour de l'Intifada soient fructueux. L'heure est au combat des volontés, et on constate que la volonté de la jeunesse palestinienne est de plus en plus forte. Par conséquent, l'intérêt du monde islamique réside dans le large soutien des Musulmans à la cause palestinienne qui peut envoyer un message clair au régime sioniste que la résistance dispose du soutien du peuple ; en réponse aux actions du régime sioniste, le monde islamique doit souligner l'identité culturelle et l'existence géographique et territoriale de la Palestine, qui va de la mer Méditerranée à la rivière de Jordanie.
La Journée mondiale d'Al-Qods représente une feuille de route pour la formation d'une nouvelle civilisation islamique. Elle projette ce message au monde que l'occupation de la mosquée Al-Aqsa et l'occupation de la Palestine n'étaient pas et ne sont pas l'occupation d'une terre, un pays et une mosquée mais vise plutôt la création d'un centre colonial anti-islamique au cœur du monde islamique pour empêcher la création d’une grande civilisation islamique. La Journée mondiale d'Al-Qods promet non seulement l'effondrement du régime sioniste et l’anéantissement du système de domination mondiale, mais aussi le rétablissement d’une civilisation islamique moderne basée sur la justice, la rationalité, les valeurs morales et la confiance des Musulmans en soi.


Dr. Mohammad Reza Dehshiri, Ambassadeur de la République Islamique d’Iran au Sénégal  
Vendredi 29 Avril 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :