LIBRE PROPOS : ILS L’ONT FAIT !


LIBRE PROPOS : ILS L’ONT FAIT !
Ne faisons pas fine bouche ! Nous pouvons être fiers. Nous, Sénégalais. Mais aussi, nous Africains. Parce que ce qui s’est passé hier, lundi 8 octobre 2022, à l’hôtel Hilton de Buenos Aires est historique. C’est très important pour l’image de notre pays. Mais aussi, et surtout, pour notre jeunesse, notre sport etc.
Dakar va abriter les Jeux olympiques de la jeunesse entre mai et juin 2022. Une victoire retentissante. Elle est d’autant plus retentissante qu’il n’y a jamais eu d’abstention durant tout le processus jusqu’à son aboutissement. Aucune voix contre.
 
D’abord, ce sont les 15 membres de la Commission exécutive (le saint des saints), qui, à l’unanimité ont recommandé le Sénégal au détriment du Nigeria, de la Tunisie et du Botswana. C’était le 7 septembre dernier à Pyeongchang. Nawal El Mountawakel a tenu à le rappeler devant l’assistance. Un choix que le doyen Mario Pescante, homme politique et homme d’affaires italien, vice-président du CIO a demandé qu’il soit entériné. Et s’il vous plait …par acclamation. Chose faite devant le Premier des Sénégalais, qui a pesé de tout son poids pour que Dakar abrite l’un des plus grands événements sportifs au monde.
 
Cet engagement, Macky Sall l’avait couché sur un bout de papier. Une lettre adressée au CIO lors de son dernier séjour en Chine qui a eu son pesant d’or dans la conquête de l’olympe. On aura aussi remarqué la baraka de l’actuelle maire de Dakar, Mme Soham El Wardini, qui a tenu à être présente en tant qu’édile de la capitale, mais aussi, celle de M. Matar Bâ que le Premier ministre a qualifié de «totem de la République». D’ailleurs, c’est à lui, en tant que ministre des Sports, qu’il est revenu l’honneur de parapher l’engagement du Sénégal à abriter la 4ème édition des JOJ.
 
Mais que dire de la task force mise sur pied par Mamadou Diagna Ndiaye. Chapeau au comité national olympique et sportif sénégalais. Particulièrement à Baïdy Agne, Babacar Makhtar Wade et Ibrahima Wade. Sans occulter, le secrétaire général, Seydina Diagne et le maître d’œuvre Diagna, comme l’appellent affectueusement ses intimes.
 
Et dire qu’il n’a intégré le CIO qu’en 2015 avec un score brejnévien. Un certain lundi, 3 août, sous un soleil caniculaire de Kuala-Lumpur. A l’image de Amadou Barry, les juges Kéba Mbaye, Youssoupha Ndiaye et du président Lamine Diack, il était devenu, lui aussi, un «immortel». Trois ans après, il a eu le courage de présenter la candidature du Sénégal, en mettant l’accent sur trois villes (Dakar, Diamniadio et Saly).
 
Bravo à tous ces dirigeants sénégalais. Hier, ceux qui étaient dans la salle, ont entendu de beaux témoignages sur l’infatigable juge Youssoupha Ndiaye (ancien président de la commission d’éthique du CIO) mais aussi, sur l’ancienne tête pensante de l’Olympisme, feu Keba Mbaye. Le Sénégal est certes, un petit pays de par sa superficie, mais, dans le concert des nations, sa voix compte. Ses fils sont respectés. D’ailleurs, Pierre Corneille n’a-t-il pas dit qu’«aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années». Alors au travail ! C’est maintenant que le plus difficile commence. Vive le Sénégal !
Abdoulaye THIAM
(Envoyé Spécial à Buenos Aires)
Sud Quotidien
Mardi 9 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :