L'obligation de déclaration de patrimoine : « Nous pensons qu'il va falloir améliorer le dispositif qui est mis en place pour sanctionner les récalcitrants » (Ibrahima Fall, Secrétaire permanent de l'Ofnac).


" Nous avons tenu des réunions avec les ministres, nous avons tenu 30 séances avec les départements ministériels pour expliquer et avons adressé des lettres à tous les assujettis. Et depuis lors, nous avons vu qu'il y a un changement positif. Ils sont de plus en plus prompts à venir faire leur déclaration de patrimoine. Donc, nous avons un assez bon taux en terme de satisfaction de l'obligation de déclarer le patrimoine…", a informé le Secrétaire permanent de l'Ofnac, Mr Ibrahima Fall.

Des efforts restent toutefois à faire dans le cadre de cette politique visant à prévenir et lutter contre la corruption et faire obstacle à l'enrichissement illicite des personnes gérant des affaires publiques. Et selon le secrétaire permanent de l'Office National de la lutte contre la fraude et la corruption( Ofnac), l'idée est de mettre en place un comité de réflexion et de rédaction des avant-projets de textes à proposer au gouvernement. " Ce comité comprend des représentants des administrations au niveau central et au niveau déconcentré, des représentants de la société civile et du secteur privé. Ce que nous faisons, c'est ce que la loi nous demande de faire c'est-à-dire de les relancer et de leur servir une notification par exploit d'huissier pour leur rappeler l'obligation de déclarer leur patrimoine. Maintenant ce qu'il faut constater, c'est que le système de sanction n'est pas très coercitif. Donc, nous pensons qu'il va falloir améliorer le dispositif qui est mis en place pour sanctionner les récalcitrants…", a-t-il ajouté.

À noter que l'Ofnac organisait à Kaolack un atelier d'échanges et de sensibilisation avec les ordonnateurs et les comptables publics sur le système de déclaration de patrimoine...
Mardi 25 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :