L’idéal d’un Général : Hommage au Général Lamine Cissé


Au Sénégal comme au-delà de nos frontières, nombreux sont ceux qui se sont empressés de faire des témoignages élogieux sur le Général Lamine Cissé à l’annonce de son rappel à Dieu.
Chaque témoignage rappelle un pan de son riche parcours professionnel en mettant en lumière le travail remarquable que cet illustre compatriote a abattu au cours des dernières décennies, notamment à la tête des forces armées sénégalaises, au Ministère de l’intérieur avec l’avènement de la première alternance et en République centrafricaine comme Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef du Bureau des Nations Unies pour la consolidation de la paix.
 
Pour ma part, je m’accroche encore farouchement au souvenir encore tiède des idées et idéaux qu’il a partagés ces derniers mois lors d’une conférence internationale et des sentiments d’affection et de fraternité qu’il a manifestés à l’endroit de ma modeste personne. C’était précisément au Forum sur la Sécurité Internationale de Halifax qui s’est tenu du 16 au 18 novembre dernier en Nouvelle-Ecosse au Canada. Cet événement annuel sur invitation réunit des centaines de femmes et hommes politiques et militaires, des experts, des auteurs et des entrepreneurs qui échangent sur les défis de la paix et de la sécurité à travers le monde. L’édition de 2018 où le Général Cissé et moi nous sommes retrouvés a notamment enregistré 300 participants dont plusieurs ministres, sénateurs, Chefs d’Etat-major, leaders d’opinion et universitaires venus du Canada, des Etats-Unis et de plusieurs dizaines d’autres pays.
 
Même si je le rencontrai pour la première fois à cette occasion, le Général Cissé me témoigna son estime ; ce que je lui rendis volontiers conscient de son valeureux service pour la Nation sénégalaise et la communauté internationale. Un sentiment d’affection réciproque s’établit naturellement entre nous d’autant plus que nous étions les seuls sénégalais présents au Forum. J’ai eu ainsi le privilège de passer littéralement trois journées entières avec le Général Cissé à échanger avec lui et à écouter ses interventions dans le cadre d’un groupe de travail thématique dont il était l’un des animateurs. Les points de vue qu’il exprimait à cette occasion étaient en droite ligne avec les positions qu’il défendait quelques jours plutôt à une conférence organisée par le Groupe Initiative Afrique dont il était membre fondateur.  
 
A travers ses interventions se dégageait une parfaite maîtrise des problématiques liées à la sécurité internationale. En tant que Général, il était évidemment à l’aise lorsqu’il s’agissait d’analyser les questions stratégiques relatives aux conflits armés, au terrorisme et contre-terrorisme. Pourtant face aux menaces sécuritaires auxquelles les pays sont confrontés à travers le monde et particulièrement en Afrique, l’homme de tenue qu’il était ne mettait point l’accent sur l’option militaire. Il insistait plutôt sur l’importance de la coopération régionale et internationale en matière de sécurité et de renseignement ainsi que la promotion de la citoyenneté et de la culture de la paix.
 
Au vu de l’impact sécuritaire du chômage élevé et de la pauvreté en Afrique, il plaidait pour la prise en compte des problématiques liées à l’emploi et l’exclusion sociale des jeunes. Selon ses propres termes, une telle approche aiderait à mitiger « les risques de leur rupture conceptuelle avec la société et l’Etat ». Il militait ainsi en faveur d’un rôle accru des jeunes dans la lutte contre l’insécurité. Au niveau de la CEDEAO, il insistait sur la nécessité de « mettre l’accent sur le rôle des jeunes et des femmes dans les mécanismes d’alerte précoce et de prévention et partager leur expérience en matière de lutte contre l’intégration des jeunes à des réseaux criminels, la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ».
 
Pendant notre séjour canadien, j’ai eu l’occasion d’apprécier plusieurs qualités humaines du Général Cissé, y compris son sens du devoir, son humilité et sa courtoisie. Un sourire inconditionnel illuminait son visage en permanence et trahissait sa bonhommie. Après notre séjour au Canada, il trouva du temps pour continuer à échanger avec moi au téléphone et par email en dépit de son agenda chargé et sa santé chancelante. A mes yeux, cela traduisait une disponibilité et un sens des relations humaines hors du commun. J’étais également inspiré par son endurance physique. Sous l’hiver rugueux canadien et malgré le poids de l’âge, il insistait pour que nous cheminions ensemble les ruelles qui serpentaient entre le lieu du forum et notre hôtel.
 
Reposez en paix Général! Votre souvenir restera à jamais gravé dans nos mémoires.
 
Daouda SEMBENE
Ancien Administrateur au FMI
Mardi 23 Avril 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :