L’errance bruyante ne peut rien contre le calme constructif de Aly Ngouille Ndiaye (Par Mamadou Moustapha FALL, CRIC)


Le Sénégal est frappé par une épidémie nommée bavardage. C’est un fait évident. Il ne se passe pas un jour où l’on ne crée une polémique inutile ou une désinformation insipide. Comble de malheur, des gens qui ne jurent que par les faits divers, s’adonnent à longueur de journée à des commentaires qui vont dans tous les sens au point que le bavardage prenne le pas sur l’action. Le récent passage du ministre de l’Intérieur, M. Aly Ngouille Ndiaye, dans l’émission « Cartes sur Table » a été saisi par notre opposition politique, en pénurie d’os à ronger, pour procéder à une vive calomnie qui – heureusement – fera long feu.
Je reste persuadé que M. Ndiaye est un homme d’Etat qui sait faire la distinction entre la fonction de ministre de la République et le statut de militant. Partout où il est passé, il a tiré son épingle du jeu aussi bien en tant que responsable politique qu’en tant que commis de l’Etat. Cet homme, pétri de talent, très humble, très respectueux et respecté, mesure la dimension de sa stature et sait faire la distinction entre l’homme politique et le membre du Gouvernement. Ce ne sont ni ses collaborateurs de toutes les stations qu’il a occupées, ni ses concitoyens de Linguère, encore moins les différentes familles religieuses de ce pays qui ignorent les qualités humaines, morales et professionnelles de ce grand serviteur du peuple.
De quel droit notre opposition jouit-elle pour récuser le ministre de l’Intérieur ou pour lui interdire d’avoir une appartenance politique. Où sommes-nous ? Que ces gens qui ne sont mus que par des desseins dangereux pour notre République se calment.
Les élections ont toujours été organisées grâce à l’administration territoriale qui est sous la tutelle du … ministère de l’Intérieur ; et il en sera de même en février 2019. N’en déplaise aux pourfendeurs de M. Aly Ngouille Ndiaye. Ce qui dérange, ce n’est pas seulement la compétence de ce grand homme d’Etat, mais aussi les avancées que le Sénégal enregistre sur tous les plans grâce à la vision éclairée du Président Macky Sall. Au moment où nos opposants « bodio bodio »  – ceux qui marchent à découvert tout comme les nombreux encagoulés – rivalisent d’ardeur dans les combines, les jérémiades, les invectives et les calomnies, le Président Macky Sall et son gouvernement, eux, privilégient l’action constructive.
Ce n’est pas le verbe (wax) acerbe qui construit ; c’est plutôt l’action (jëf) pragmatique qui fait bouger les choses. Le Sénégal ne se développera pas avec des élucubrations délirantes de troubadours errants. Il connaîtra son essor seulement par des actes concrets. Si le Sénégal avait des dizaines de Aly Ngouille Ndiaye, il ne s’en porterait que très bien.
A bon entendeur salut.
 
Mamadou Moustapha FALL,
Coordonnateur de la CRIC,
Citoyen sénégalais.
Lundi 5 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :