L’appel à la raison de Bruno D'Erneville au président Macky Sall


L’appel à la raison de Bruno D'Erneville au président Macky Sall
A la marche du Front démocratique et social de résistance nationale (Frn) dont il avait pris part, le vendredi dernier, Bruno D'Erneville n’a pas raté Macky Sall. Fondu dans la masse compacte des militants et des sympathisants du camp de l’opposition, le leader du Parti de l'action citoyenne (Pac) a dénoncé le comportement du président de la République et les actes que celui-ci pose pour, selon ses dires, barrer la route à ses adversaires potentiels.
 
‘’On a un pouvoir qui s’est mis des œillères et qui est prêt à aller jusqu’au bout. Mais que Macky Sall et son gouvernement comprennent que les forces paramilitaires qu’il a armés et surarmés sont des membres du peuple sénégalais qui, en un moment, comprendront qu’elles ne peuvent pas tirer sur le peuple. Alors ces armes que Macky Sall va pointer vers le peuple risquent de se retourner contre lui. Alors, on lui demande, dès maintenant, qu’il prenne les bonnes dispositions pour faire en sorte qu’on puisse aller à cette élection de manière apaisée. Il n’est pas normal, aujourd’hui, au 3e millénaire, en 2018/2019 qu’on soit encore à craindre qu’il y ait des élections non-apaisées. Le Sénégal doit pouvoir dépasser ce cap’’, a-t-il confié à Dakaractu.
 
Candidat malheureux de la présidentielle de 2012, il s’est dit également ‘’très satisfait de cette manifestation du Fnr, à la Place de la Nation (ex-Place de l’Obélisque)’’. Mais il a exprimé la déception qu’il a du président Macky Sall. ‘’Nous a tous déçu. Il a violé la loi. Il a emprisonné des gens et empêché des personnes de jouir de leurs droits fondamentaux. Et c’est ce que nous sommes en train de réclamer. (…). Jusqu’à présent le Fnr a essayé, au maximum, d’être dans une démarche républicaine et a respecté le droit. Nous avons vu que ce gouvernement, malheureusement, utilise le droit à son avantage. Quand ça l’arrange, il applique le droit. Et quand ça ne l’arrange pas il fait fi du droit. Nous lui avions donné, avec la marche du vendredi dernier, un avertissement. Il faut qu’il comprenne, une fois pour toute que le peuple veut des élections transparentes mais aussi que tout candidat représentatif qui jouissent de ses droits puisse être candidat. Nous avons combattu le président Wade parce qu’il avait voulu changer la loi électorale et la Constitution. Aujourd’hui, nous sommes à côté de ceux qui étaient avec le président Wade. Ce qui est paradoxal mais aussi très fort’’, a indiqué Bruno D’Erneville.
 
"Le président Macky Sall, poursuit-il, a mis en place un certain nombre de dispositifs. Il a nommé au Conseil constitutionnel des gens qui sont à la retraite et qui lui sont relativement dévoués. Il a imposé au dit conseil des observateurs qui ne sont pas consensuels. Il a mis en place un système de parrainage dont jusqu’à présent, aucun de nous ne sait la règle qui a été mise en place pour le comptage de ces parrainages. Tout cela pour une seule fin : Contrôler ceux qui iront contre lui à cette élection prochaine’’, s’indigne le président du Pac. 
 
Lui qui dit prier avec ses pairs de l’opposition afin ‘’que cette élection se passe de manière loyale pour que les Sénégalais puissent choisir celui ou celle qu’ils préfèrent’’.
 
Lundi 31 Décembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :