L’Imam de Massalikoul Djinane aux internautes : « L’homme mourra un jour, mais ses écrits restent »

La prière de Aïd el Fitr a été célébrée, jeudi, à la mosquée Massalikoul Djinane de Dakar. A l’occasion, les fidèles ont écouté religieusement le sermon de Cheikh Moustapha Mbacké Ibn Serigne Abdou Khadre, selon qui « l’homme mourra un jour, mais ses écrits restent ».


Les posts et autres commentaires sur les réseaux sociaux ont envahi la sphère du quotidien. A ceux qui utilisent les différents supports de communication écrite, l’Imam Cheikh Moustapha Mbacké Ibn Serigne Abdou Khadre leur a rappelé que « rien n'est plus précieux que le temps ».

Si l’on en croit l’Imam de Massalikoul Djinane, « il n'y a pas de plus grande erreur pour un musulman qu'à le perdre sans compter ». Il demande à tous de cesser d’utiliser les écrits pour inciter à la haine et à la violence. « L’homme mourra un jour, mais ses écrits restent », a-t-il encore rappelé.  

Le fils du quatrième Khalife de Bamba assure qu’ « il ne faut pas utiliser la force pour terroriser les gens. » L’imam estime qu’un musulman doit profiter de chaque instant de sa vie pour faire du bien.

« N’attendez pas pour faire du bien. Planifier son temps pour mieux l'utiliser, c’est le devoir de tout musulman. La vie n'est pas éternel, c'est pour cela qu’il faut profiter des meilleurs moments de la vie pour faire du bien », a exhorté le marabout. 

Il demande à ceux qui se sentent offenser de toujours lâcher prise ou se remettre à Dieu. Pour une société de paix et de prospérité, il a appelé les musulmans à cultiver l’amour du prochain, à s’aimer et à se respecter, conformément aux recommandations de l'Islam.

« Un musulman qui pardonne toujours à ses semblables, sera pardonné par le Tout-puissant », selon Cheikh Moustapha Ibn Serigne Abdou Khadre. Ce dernier, pour terminer, a appelé les fidèles au calme et à la sérénité en toute situation pour éviter les conflits.
Jeudi 13 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :