L’APR à Niakhar : entre violences, frustrations, divisions et décadence programmée.


L’APR à Niakhar : entre violences, frustrations, divisions et décadence programmée.
Les récentes législatives ont révélé une progressive érosion de l’électorat APR dans la commune depuis l’élection présidentielle de 2012 pendant laquelle l’APR et ses alliés avaient raflé plus de 90 % des suffrages. Progressivement et avec les différents scrutins nous en sommes arrivés à 73,88 % lors des législatives de 2017.
Quelques pistes pour expliquer ce désamour progressif.
Les responsables APR de Niakhar, cultivent en leur sein la conviction que l’APR au niveau de la commune ne doit être dirigé que par des Niakharois uniquement. Les 31 autres villages composant la commune avec 21 comités APR ne comptent pas à leurs yeux. 
Cet état d’esprit transparait au grand jour dans la gestion de la commune qui voit, (selon certains conseillers municipaux) 60% du budget alloué à la seule localité de Niakhar, les 31 autres villages se partageant les 40% restants soit environ 1.29% par village si tant est que la commune daigne y réaliser quelque chose. 
Les méthodes utilisées pour mobiliser, attirer et fidéliser les militants sont éculées et vieux jeux. On ne va sur le terrain que quand il y a campagne électorale avec comme seul argument des moulins à mil.
 Cette approche ponctuelle, plus politique que développementale ne trompe plus. Le Maire et son cercle en ont eu la preuve pendant la campagne électorale. Ils n’ont pas fait foule.
 Beaucoup ont acquis la certitude que notre parti l’APR et la gestion de la commune qu’il dirige ne fonctionne que par et pour la capitale communale le reste de la collectivité ne comptant que comme bétail électoral que le chargé de la communication du Maire (dans un article paru sur Seneweb le 21 Juillet) a comparé à des < chèvres qu’il faut attraper avec une calebasse pleine d’appâts> en l’occurrence les moulins à mil ! Selon cet article, 14 moulins a mil auraient été distribues lors de la campagne électorale, ce qui est complètement faux.
Autre illustration de cet état d’esprit, la déclaration faite par le responsable communal de l’APR lors de la violente et cahoteuse mise sur pied du comité électoral : “ Il est temps que Niakhar ville ait un Ministre !” Notez bien le “Niakhar ville” ! les autres localités n’existent pas.
Par ailleurs, si nombre d’électeurs ont voté la liste Benno à Niakhar par discipline de parti, d’autres, parce que ne connaissant les investis ni d’Adan ni D’Eve et se sentant frustrés parce que la Commune semble être le parent pauvre dans la distribution des fonctions électives ou de nomination, ont préféré voter ailleurs.
Au total, il urge pour la Direction du parti et en direction des futures échéances, d’opérer un rééquilibrage a deux niveaux pour casser les macrocéphalies, mitiger les frustrations et inverser la tendance à la baisse de l’électorat APR.
-Rééquilibrage à l’intérieur de la commune d’abord sur le plan développemental avec plus d’équité dans la distribution des investissements et ensuite sur le plan politique par la prise en compte sur le même pied d’egalite de tous les responsables et militants APR dans d’éventuelles opportunités de nomination à quelque poste que ce soit.
-Rééquilibrage en fin à l’intérieur du Département de Fatick ou la Commune de Niakhar fait figure de parent pauvre en termes de reconnaissance politique par rapport aux autres communes. 
Le Maire de Niakhar a fait circuler sur les journaux en ligne et probablement sur les réseaux sociaux, un encart publicitaire où il vante les résultats de la Commune de Niakhar lors des dernières législatives. Soit. Mais le mérite ne lui en revient pas à lui tout seul, lui et son cercle de parents et d’amis. Le groupe de Guodaguene (ils se reconnaitront) a amorti la chute en adoptant la stratégie du porte à porte et des visites à domicile qui se sont terminés en apothéose par un méga-meeting inclusif à Sagne où toutes les 32 localités de la commune étaient représentées. 

         
 Mamadou Diouf.
     
Responsable de l’APR à SAGNE.
Lundi 7 Août 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :