Khondio : "Aujourd'hui, la délocalisation de cet émissaire est une question de jour" (Abdou Karim Sall)


C'est pour bientôt la fin du calvaire des populations de Khondio à Mboro (Tivaouane). Le ministre de l'environnement et du développement durable, Abdou Karim Sall, a annoncé, en marge de sa visite chez le Khalife Général des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour, pour amener son soutien en matériel de nettoiement pour les besoins du Gamou de Tivaouane, que "aujourd’hui, la délocalisation de cet émissaire là est une question de jour".  En effet, c'est suite à une alerte des populations du village de Khondio que ce dernier avait fait le déplacement pour s'enquérir de la situation, notamment échanger avec les autorités locales et celles des Ics afin de prendre des décisions idoines sur ce sujet dont les conséquences environnementales  devenaient de plus en plus visibles. D'après Abdou Karim Sall, "le lieu a été choisi et il est très loin des populations. Nous avons retenu également en rapport avec les autorités territoriales de la zone, de voir avec les Ics quelle est la voie qui va mener vers l’endroit qui a été choisi? L’endroit doit traverser des champs donc, il faut payer les impenses. Elles ont été évaluées, le paiement va être fait incessamment, mais il faut attendre la fin des récoltes. On ne peut pas venir enlever ce que les populations, notamment les villageois, avaient déjà semé pour faire passer la route. Nous attendons la fin de l’hivernage après avoir calculé les impenses et dédommager ceux qui sont impactés pour pouvoir délocaliser de manière définitive l’émissaire de Khondio. Aujourd’hui je dois dire aux populations de Khondio qu’elles doivent être rassurées que la délocalisation de l’émissaire n’est qu’une question de jours et on attend la fin des récoltes pour qu’on puisse y procéder..."

 A la suite d’une alerte le ministère s’est rendu à Khondio pour se rendre compte par lui-même qu’est ce qui était fait en direction des populations mais venant des Ics. Nous avons constaté qu’il y’avait un émissaire qui déversait des rejets sur la mer. Et nous avions demandé à l’époque à ce que des analyses soient faites pour que nous puissions être rassurer après les déclarations des Ics pour que nous puissions être rassurés quant à la teneur des rejets en termes de dangerosité des produits contenus dans ces rejets. Les analyses ont été terminées. Et nous nous ne sommes pas arrêtés là, nous avions décidé à l’époque en attendant que les analyses se fassent de délocaliser l’émissaire. Aujourd’hui la délocalisation de cet émissaire là est une question de jour. Le lieu a été choisi. Il est très loin des populations. Nous avons retenu également en rapport avec les autorités territoriales de la zone de voir avec les Ics quelle est la voie qui va mener vers l’endroit qui a été choisi. Mais vous savez que l’endroit doit traverser des champs. Donc il faut payer les impenses. Ils ont été évalués, le payement va être fait incessamment mais il faut attendre quand même la fin des récoltes. On ne peut pas venir enlever ce que les populations notamment les villageois avaient déjà semé pour faire passer la route. Nous attendons la fin de l’hivernage après avoir calculé les impenses et dédommager ceux qui sont impactés pour pouvoir délocaliser de manière définitive l’émissaire de Khondio. Aujourd’hui je dois dire aux populations de Khondio qu’elles doivent être rassurées que la délocalisation de l’émissaire n’est qu’une question de jours et on attend à la fin des récoltes pour qu’on puisse le faire.
Lundi 28 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :