Khombole - Ndiéyène Sirakh / Aquaculture : L'Ana promeut l'aquaculture pour atteindre notre autosuffisance alimentaire en protéines animales.



"Le Sénégalais tire 70% de ses besoins en protéines animales sur les produits halieutiques, mais face à la démographie et les problèmes que rencontre la pêche, l'aquaculture constitue la seule alternative pour atteindre notre souveraineté alimentaire".

C'est la déclaration faite par la directrice générale de l'Agence nationale de l'aquaculture (Ana), Téning Sène qui s'est rendue aux fermes aquacoles situées à Ndiéyène Sirakh et à Khombole. Ainsi, pour le développement de ce secteur, l'Ana a démarré l'empoissonnement d'étangs de pisciculture d'un promoteur avec 10 050  sujets de Tilapia (Wass) et en aliments. Aussi, pour la promotion du poisson chat (Yass), l'Ana a dépêché une technicienne pour la formation des employés du promoteur pour la valorisation de cette activité génératrice de revenus.

"Aujourd'hui, nous sommes à 8.000 tonnes de production. Par contre, l'objectif visé dans le Plan Sénégal Émergent (Pse), c'est de pouvoir, aujourd'hui, créer à travers l'aquaculture 35 milliards de PIB sur une durée de dix ans et 20 000 emplois formels. La contribution reste faible, mais face à la volonté du gouvernement en partenariat avec le secteur privé, nous allons atteindre les objectifs économiques visés.

Car déjà rien qu'à Thiès, les fermes aquacoles (49) sortent de terre", a appris Téning Sène, qui invite les porteurs de projets à s'investir dans le domaine de l'aquaculture.
Samedi 22 Août 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :