Kaolack : Une stratégie nationale de l’Etat civil élaborée pour un enregistrement universel des naissances


Lors d'un atelier de partage et de validation des outils de collecte d'informations sur les naissances, organisé à Kaolack par la direction de l'état civil, la question de l'enregistrement des nouveau-nés et la protection des données a réuni l'ensemble des acteurs qui tournent autour de ce secteur (officiers d'état civil, médecins chefs de région, représentants des comités départementaux de protection de l'enfant etc).

 

Le constat, selon le directeur de l'état Civil qui s'est basé sur l'enquête démographique et de Santé (EDS MICS) 2017, est que seul 77% des naissances d'enfants de moins de 5 ans sont enregistrées à l'état civil au Sénégal. « Ce taux indique que dans notre pays, plusieurs milliers de personnes ne sont pas enregistrées à l’état civil. Les causes de ce non enregistrement sont tributaires de multiples facteurs liés notamment à l’ignorance ou au manque d’intérêt des populations pour la déclaration des faits d’état civil, à l’éloignement des centres d’état civil etc », a déclaré Aliou Ousmane Sall.

 

Toutefois, l'idée est maintenant de changer cette donne en mettant en place une politique de modernisation de l'état civil qui va faciliter l'enregistrement universel des naissances. " Le Gouvernement a pris l’initiative de procéder à l’élaboration d’une stratégie nationale de l’état civil du Sénégal, en vue de réaliser l’enregistrement universel des naissances. Cette importante stratégie nationale vise à standardiser le système en général tenant en compte les exigences de l’état civil. Un processus au cours duquel tous les acteurs potentiels seront invités à contribuer efficacement en vue d’avoir un large consensus sur les mesures prioritaires et les orientations stratégiques. Ce qui témoigne encore une fois de la place importante que la problématique de l’état civil occupe dans les politiques de développement initiées par son Excellence le Président Macky SALL...", a-t-il indiqué.

 

Dans le cadre du " Projet Investir dans les Premières Années pour le Développement Humain (PIPADH), financé par la Banque Mondiale, il s'agit de mettre en œuvre les activités relatives à l’amélioration du taux d’enregistrement des naissances des enfants de moins de 5 ans sur toute l'étendue du territoire national. D'ailleurs, " un comité a été mis en place pour soutenir les efforts de coordination et accompagner la mise à disposition et l’utilisation des outils de collecte d’informations sur la notification des naissances d'où l'organisation de cet atelier...", a informé Mr Sall.

Mercredi 4 Mars 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :