Kaffrine / Journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil : « Je lance un appel aux élus et exécutifs locaux à s’engager davantage dans la sensibilisation... » (Aliou Ousmane Sall, directeur de l'état civil).


La journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques d’état civil a été célébrée ce matin à Kaffrine. Cette journée a été instituée par la quatrième conférence des Ministres de l’Union Africaine tenue à Nouakchott du 03 au 10 décembre 2017 et approuvée par le conseil exécutif de l’Union, lors de sa 32e Session ordinaire tenue les 25 et 26 janvier 2018. 

À cette occasion le directeur de l'état civil a d'abord rappelé l'importance de l'état civil dans un pays comme le Sénégal.  "L'enregistrement de la naissance, qui est la première reconnaissance juridique de l'existence d'un enfant, est indispensable à la concrétisation d'un certain nombre de droits et à la satisfaction de besoins concrets, en particulier l’accès à l’éducation (ODD 4) et à des soins de santé (ODD n° 3). L’enregistrement à l’état civil est également une condition essentielle à la promotion de l’égalité de genre et à l’autonomisation des femmes (ODD 5), qui suppose un accès plus large à l’éducation, particulièrement dans les zones rurales, à des emplois formels, à la citoyenneté active (de pouvoir exercer son droit de vote, accès à des fonctions électives, etc...) La protection des femmes et des enfants contre les abus et l’exploitation, l’administration de la justice civile et pénale, la lutte contre le terrorisme et de la criminalité intra et transfrontalière etc. sont hautement tributaires du bon fonctionnement du système d’enregistrement des faits d’état civil. 
En suivant cette approche fondée sur les droits humains, le programme permettra aussi de rapprocher les services publics et les citoyens autour de leurs droits et devoirs respectifs."

Selon Aliou Ousmane Sall, l'État du Sénégal à travers la direction de l'état civil est en train de consacrer beaucoup d'efforts dans la modernisation de ce secteur. "Parmi ces initiatives, on peut citer le Programme Nekkal. Financé par l’Union européenne, ce programme a pour objectif de contribuer au respect des droits des personnes liées à la reconnaissance de leur identité par la mise en place d’un système d’information de l’état civil efficient et la consolidation d’un fichier national d’identité biométrique sécurisé. 
Parmi les activités phares du Programme Nekkal, on peut citer :
- La construction de 34 centres d’état civil moderne, entièrement équipés,
- La rénovation de 100 salles d’archivage,
- La réhabilitation des centres d’état civil,
- La formation 3.500 officiers et agents d’ état civil,15.000 auxiliaires d’état civil et 600 archivistes
- La généralisation de l’informatisation qui permettra une connexion des différents centres d’état civil … et dans ce cadre, présentement, les équipes sont sur le terrain pour la numérisation de 15 millions d’actes
- L’ acquisition d’une application informatique de gestion des faits d’état civil.
Nous venons de valider, il y’a quelques semaines, la Stratégie nationale de l’état civil : un document d’orientation politique qui encadre les différentes interventions en matière d’état civil.

Pour renforcer la sensibilisation et harmoniser les messages, une stratégie de communication a été élaborée avec une déclinaison locale...", a-t-il informé.

Et d'ajouter dans son discours : "Aujourd’hui, au regard des enjeux actuels et de l’importance de l’état civil, je lance un appel aux élus et exécutifs locaux à s’engager davantage dans la sensibilisation et une meilleure prise en charge de l’état civil dans les plans locaux de développement. J’invite également les acteurs de la société civile, badjénou gox… à s’impliquer dans la sensibilisation".
Jeudi 11 Août 2022




Dans la même rubrique :