KOLDA TABASKI 2019 : La majorité des fidèles musulmans a prié ce lundi.


La majorité des fidèles musulmans de Kolda a célébré la Tabaski ce lundi 12 août. À la grande mosquée, c’est l’imam Alassane Tall qui a dirigé les deux rakaa de l'Aïd el Kébir sous la présence du ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé, du DG de la poste et maire de la commune, Abdoulaye Bibi Baldé et du gouverneur de région, Ousmane Kane.

Après la prière, l’imam dans son sermon avance « ALLAH est miséricordieux, le plus miséricordieux. C’est pourquoi, nous avons le devoir de le prier avec une foi sans faille et nul n’est au-dessus de lui. C’est DIEU qui a le pouvoir et nulle autre personne. Aujourd’hui, est un grand jour, rappelant l’œuvre et le dévouement d’Ibrahim envers son créateur. Nous perpétuons cette tradition selon les préceptes islamiques, pour rappeler aux fidèles qu’il n'y a qu’un seul Dieu à savoir ALLAH et qu’il faut le craindre. En ce sens, nous prions pour la paix du pays, du président de la République Macky Sall et une bonne saison des pluies, mais aussi pour le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural », rappelle l’imam Alassane Tall aux fidèles.

À cette occasion, Moussa Baldé (maer) d'avancer : « avant tout d’abord, je souhaite une bonne fête aux sénégalais, particulièrement aux koldois. J’ai bien écouté le sermon de l’imam qui a prié pour la paix dans notre pays, pour le président de la République et pour un bon hivernage.  Et le message sur l’hôpital régional, nous allons le transmettre aux autorités compétentes. Même s’il y a des manquements notés dans l’établissement, il faut reconnaître que beaucoup d’efforts ont été faits et continuent d’être faits. Aujourd’hui, tous les pays limitrophes, il faut le reconnaitre, se soignent à l’hôpital régional de Kolda », souligne-t-il.

L’imam dans son sermon, a soulevé les questions de l’hôpital régional : « l’hôpital manque de spécialistes et présente beaucoup de carences. Les médecins de qualité et les médicaments manquent cruellement dans cet établissement. Les populations souffrent beaucoup de ces manquements comme l’accueil, les soins très onéreux, le manque de spécialistes. Nous constatons que presque tous les pays limitrophes (Guinée Bissau, Gambie, Guinée Conakry) se soignent ici. Nous voulons que le plateau technique soit relevé pour le grand bonheur des populations », avant de conclure par ces mots : « il faut bannir la vanité, la cupidité, l’égoïsme dans la vie d’un bon croyant. »

 
Lundi 12 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :