Justice : « Gracier Khalifa Sall, c’est une décision qu’approuverait la majorité des citoyens sénégalais » (Mohamed M. Diagne)


Depuis l'élection présidentielle du 24 février 2019, la question d'une grâce présidentielle en faveur du maire de Dakar, M. Khalifa Ababacar SA, est sur toutes les lèvres. Pour sa part, Synergie Républicaine par la voie du citoyen président, M. Mohamed Moustapha Diagne, demande affectueusement au Président de tous les sénégalais, Macky Sall, père de la nation, " de faire acte de miséricorde et de gracier Khalifa Sall." 
Selon lui,  "c’est une décision qu’approuverait la majorité des citoyens sénégalais et qui, certainement, aiderait à décrisper le climat politique tendu généré par la confiance rompue entre pouvoir et opposition. Ce serait un signal fort qui pourrait faciliter les consensus recherchés et nécessaires, attendus du dialogue national auquel il a appelé." 
M. Diagne estime que la libération de Khalifa Sall "ne constitue pas une menace pour la stabilité politique et institutionnelle de notre pays."  Par ailleurs, M. Diagne rappelle que  "le Président Macky Sall n’a jamais écarté cette possibilité de revoir la situation carcérale de Khalifa. 
En effet, il n’est point besoin de démontrer qu’il est un homme épris de paix, qui cherche toujours á rassembler les citoyens autour de l’essentiel", tient-il à souligner, non sans rappeler que le Chef de l’État, qui "a gracié Karim Wade et pardonné à Abdoulaye Wade ainsi qu’à tous ces responsables du PDS qui avaient comploté contre lui et qui sont aujourd’hui à ses côtés, n’aura certainement pas de difficulté à accéder à la demande de tous ses compatriotes épris de paix et soucieux de conserver son image d’homme capable de dépassement et de pardon aux yeux de l’opinion."
Dans la même dynamique, Synergie Républicaine demande également aux partisans de Khalifa Sall "de revenir à un discours plus responsable et de cesser de porter la responsabilité de l’emprisonnement de leur mentor sur le chef de l’État.
Khalifa a été emprisonné pour faute de gestion et ceci reste constant puisqu’il n’a jamais nié les faits qui lui sont reprochés et a toujours évoqué une pratique héritée de ses prédécesseurs comme ligne de défense."
Enfin, Synergie Républicaine rappelle á tous ceux qui s’opposent á la libération de Khalifa Sall que « même un ennemi à terre, on ne l’écrase pas ».
Samedi 25 Mai 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :