Journée Mondiale de la vue : Cheikhou Kouta dénonce le manque de considération à l'endroit des non-voyants.

Ce jeudi 10 octobre sera célébrée la journée mondiale de la vue. Une occasion pour Cheikhou Kouta, déficient visuel et par ailleurs consultant en développement local, d’interpeller les autorités sénégalaises à s’imprégner davantage dans la célébration de cette journée. Il a aussi mis l’accent sur le manque de considération à l’endroit des non-voyants.


« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». En s’appuyant sur cette phrase, Cheikhou Kouta souligne que « le respect de cette dignité due à chaque personne voyante ou non, implique la reconnaissance de droits fondamentaux comme l'éducation ou l'accès au travail. Dans mon pays, ces fondamentaux sont complètement oubliés pour cette frange de la population ».
 
À en croire M. Kouta, la problématique du handicap visuel est loin d’être inscrite dans le répertoire des responsables politiques et professionnels, malgré les nombreuses sollicitations allant dans ce sens. «Si la prise en charge des non-voyants est dépendante du niveau de prise de conscience politique et citoyenne, pour le Sénégal, ce domaine est devenu source d’interrogations et d'inquiétudes pour les personnes qui souffrent et pour leurs proches. Car, il n’existe pas de dispositif pour non voyant dans les écoles, les transports, l’administration et même au sein des entreprises. La seule école pour non-voyants disponible pour tout le Sénégal ne peut pas accueillir plus 100 élèves», regrette-t-il.
 
 
Il a néanmoins déploré le manque de considération à l’endroit des non-voyants ainsi que la timidité avec laquelle la journée internationale de la vue est célébrée au Sénégal. «Aujourd’hui, l’État n’exige personne, politiques, comme professionnels à donner une bonne considération à cette frange de la population. En les laissant à eux mêmes, on dirait que la place des non-voyants se trouve dans la rue pour recevoir des aumônes même s’il y’a des gens qui sortent du lot et deviennent indépendants de ce système. Ce qui est sûr est qu’il n’y a aucune manifestation organisée par nos autorités pour la célébration de cette journée au moment où d’autre pays en profitent pour montrer leur solidarité avec les personnes non-voyantes. Le Sénégal reste donc ‘’aveugle’’ par rapport à la liberté, légalité et la fraternité envers les personnes non-voyantes», renchérit-il.
 
Pour plus de considération envers les déficients visuels, le consultant en développement local souhaiterai à ce que l’on démontre ce que les non-voyants sont capables de réaliser.
 

Il faut noter que malgré son handicap, Cheikhou Kouta œuvre dans le social. En effet, il a contribué à beaucoup de réalisations dans sa localité à Mboulougne Diawandou dans le département de Guinguinéo, notamment à l’électrification et à la réduction des coûts de l’électricité au niveau du monde rural, à la construction et à l’équipement du poste santé d’une valeur de plus de 4 millions, des dons de fournitures scolaires aux élèves et des bourses pour les étudiants de la commune, entre autres.
Mercredi 9 Octobre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :