Journal de Campagne : Première !


Journal de Campagne : Première !
Alors qu’au 8ème Forum Mondial de l’Eau, qui se tient à Brasilia au Brésil, notre Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne représente le président Macky SALL, et que ce dernier signe à Kigali un accord cadre destiné à « Stimuler les échanges commerciaux intra-africains », jamais auparavant notre Téranga ne m’avait paru autant désabusée pour ne pas dire désespérée !
Je ne veux pas faire ici un inventaire sordide des fléaux qui accablent notre société ni des coups fourrés qui ravagent notre vivre ensemble !

Je prie cependant pour que ces ignominies épargnent au moins nos enfants, pour que le chaos, la crise du système éducatif entre autre maux, la faillite de nos écoles laissent une chance de survie à nos étudiants, pour que le chômage, la précarité et la pauvreté épargnent nos jeunes ! Puisse la semaine de la jeunesse qui se profile, nous réconcilier avec le courage, avec l’amour et avec la vie !

Très prochainement dans notre pays, en février 2019, nous aurons à nous prononcer pour la reconduite aux manettes du pays de notre Président ou pour la rupture et le choix d’un autre candidat. Ceci est le jeu démocratique ! Souhaitons qu’à minima, les règles de ce combat soient respectées !

Macky Sall, pour que chacun le sache, n’est ni mon mentor ni mon maître en politique. Je n’ai jamais autant souffert que sous son régime ! 

Pour autant, je respecte son engagement, car je sais qu’il est total et qu’il sommeillait en ses yeux depuis les portes de son enfance, de notre enfance !

Nous verrons prochainement si son projet pour l’émergence trouve une résonnance avec les aspirations des anciennes et jeunes générations de Sénégalais.
Ce que je sais toutefois, c’est que ces attaques de toutes parts contre notre président, cette prise en étau de l’opposition, dont on ne connaît pas encore les projets de société, sont contre productives et font de l’actuel locataire du Palais Présidentiel une cible systématique du mécontentement public.

Est-ce de sa faute à lui si l’on assassine des enfants lâchement, si certains de nos compatriotes sont abattus à l’étranger, si nos jeunes ne croient plus en l’Afrique, si certaines localités sont menacées par l'avancée de la mer, ou si en cette période, les incendies et accidents sont récurrents dans notre pays ? Pour le moment en tout cas, il est le garant de notre bien commun et tentons de respecter son rang à ce titre !

Bien sûr il y a des choses à faire et nous attendons qu’il les fasse ! Mais qu’attendons-nous des futurs prétendants à la magistrature suprême ? Également qu’ils nous disent ce qu’ils comptent entreprendre !

C’est pourquoi, j’entends démarrer ici, un « Journal de Campagne », où j’espère obtenir de chacun des candidats ou directeurs de campagne leur programme pour la société de demain et le mieux vivre de nos concitoyens.

Je vous donnerai rendez-vous très vite, chaque vendredi, pour une chronique hebdomadaire où j’inviterai tous celles et ceux qui ont des idées ou des commentaires à les faire partager.
Pour ceux qui ne me connaitraient pas, je tiens exceptionnellement à me présenter en quelques lignes. Je m’appelle Oumou Wane, fille de Yaya Wane, enseignant et de Aissata Wane ! S’il m’apparaît opportun pour l’occasion de dissiper quelques malentendus, c’est que les ragots ont bon train sur nos réseaux sociaux. J’ai été Présidente d’Africa 7 et j’ai cru dans le choix d’une télévision éducative et récréative qui n’a pas trouvé la réponse citoyenne que j’espérais, mais je ne désespère pas ! Je ne vais pas cependant faire pleurer dans les cases avec mon histoire. Sachez seulement que ma motivation est attachée à notre identité profonde. Je ne veux pas non plus m’attarder sur les obstacles que l’on réserve aux femmes qui entreprennent dans notre pays. Ce sera pour une autre fois.

Je vous propose seulement d’écrire ensemble le feuilleton de nos élections. Malgré le déferlement de haine qui a cours sur la toile et les réseaux, je veux susciter un débat et laisser ouverte la place aux avis et aux commentaires. Alors soyons respectueux et positifs ! Le temps valide est court pour dire aux autres qu’on les aime !

Le succès sera t-il au rendez-vous ? Peut-être c’est trop en demander sous nos cieux ! Mais avançons !

Oumou Wane
Vendredi 23 Mars 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018