#Jammeh2justice : Les victimes de l’ancien président gambien réclament son jugement immédiat


En Gambie, les 22 années de pouvoir de Yahya Jammeh ont été marquées par des violations des droits humains généralisées. Un cas emblématique est le meurtre en juillet 2005 de plus de 50 migrants, parmi lesquels se trouvaient principalement des Ghanéens, mais aussi deux Sénégalais, des Nigérians, Togolais, Ivoiriens et un Gambien, nous renseignent ce jour les victimes de Jammeh.

Un rapport publié en mai 2018 par Human Rights Watch et Trial International a révélé que les migrants ont été tués par les «Junglers», l’escadron de la mort de l’ex-Président Jammeh. La plupart des victimes ont été abattues et enterrées en Casamance, à la frontière avec Kanilaï, le fief de l’ancien Président. D’autres victimes, dont deux membres de la famille Jammeh ainsi que cinq officiers accusés d’avoir fomenté un coup d’Etat auraient également été enterrées dans cet endroit.

Le Ghanéen Martin Kyere, l’unique survivant connu du massacre de 2005, ainsi que des parents de victime ont fait face à la presse dans le cadre de la campagne  #Jammeh2Justice pour réclamer immédiatement le jugement de l’ex président gambien,. Ils ont appelé le gouvernement du Ghana à ouvrir une enquête sur la base de ces nouveaux éléments. Le gouvernement gambien s’est engagé à y collaborer et fait appel aux gourvernants sénégalais … 
Mercredi 24 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :