JND 2020 : « Nous pensons que ce n'est pas parce qu'il y a de la mauvaise volonté qu'il faut retirer la compétence et la transférer à l'État » (Aliou Sall, AMS).


Le Président Macky Sall a présidé la première édition de la journée nationale de la décentralisation, ce jeudi 22 octobre 2020 au Centre International de conférence Abdou Diouf de Diamniadio sous le thème "Décentralisation et Équité territoriale". 

 

Une journée qui a offert aux élus, aux agents des collectivités territoriales, aux partenaires et aux populations, un cadre d'échanges et de dialogue direct avec le Chef de l'État. Lors de cette rencontre, le président de l'Association des maires du Sénégal (AMS), M. Aliou Sall, a saisi l'occasion pour revenir sur l'importance de cette journée dédiée à la décentralisation, mais aussi à certaines réalisations du gouvernement. 

 

"Au nom des membres de l'Association des maires du Sénégal, je vous adresse nos vifs remerciements et vous exprime par la même occasion, notre totale adhésion à cette brillante initiative qui contribuera à ouvrir un nouveau chapitre plus fécond dans notre commune aspiration à ne laisser aucun de nos concitoyens sur le bord du chemin. Nous sommes bien placés pour savoir que la territorialisation des politiques publiques est une quête permanente, un long processus qui se nourrit des difficultés pour se renouveler et se construire un avenir" a t-il déclaré. 

 

Le président de l'AMS a également mis l'accent sur le cas des permis de construction en déclarant que "nous savons tous en tant qu'acteurs que les permis de construire constituent une compétence pour les maires, mais en réalité les dossiers sont instruits par les services techniques de l'État. Nous avons noté nous même que certains maires parfois faisaient preuve de mauvaise volonté, mais nous pensons que ce n'est pas parce qu'il y a de la mauvaise volonté qu'il faut retirer la compétence et la transférer à l'État. C'est le cas aussi pour la gestion des déchets, nous sommes tous d'accord qu'il y a eu des problèmes majeurs d'efficacité dans la gestion des ordures. Nous sommes d'accord aussi que depuis que cette compétence a été reprise par l'État, il y a amélioration. Nous souhaitons que les élus territoriaux soient impliqués dans la gouvernance des agences qui sont mises en place, a ajouté Aliou Sall. 

 

Poursuivant, le Président de l'AMS annonce que "nous osons croire qu'aujourd'hui sera l'occasion de répondre à des sollicitations qui datent de plus de 30 ans, par exemple le relèvement de l'indexation des transferts de l'État qui depuis 30 ans constituent une revendication des élus que nous souhaitons voir passé à 10%, le retour du budget consolidé d'investissement et outre le secteur de l'éducation, son élargissement aux secteurs de la santé, du sport, de la jeunesse et de la culture, la mise en place du PACASEN rural etc... On ne cesse de nous répéter que tout est prêt pour la mise en œuvre du fonds minier que l'argent est disponible mais depuis plusieurs années, nous peinons à recevoir les ressources liés au fond minier. Il y a aussi la révision des limites des collectivités qui pose visiblement problème. C'est l'occasion d'une part de vous assurer de notre soutien au projet de départementalisation de Keur Massar et d'autre part de plaider pour une départementalisation intégrale qui ne serait qu'une application du code général des collectivités territoriales qui précise que les communes et les départements sont les deux collectivités territoriales", conclut le Président de l'Association des maires du Sénégal, Aliou Sall.  

 

Vendredi 23 Octobre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :