JE PLAIDE NON COUPABLE : Maître Aissata Tall, choix d’un politique ou tout simplement choix politique...


JE PLAIDE NON COUPABLE : Maître Aissata Tall, choix d’un politique ou tout simplement choix politique...
Au non de quoi sa décision de soutenir le camp présidentiel doit-elle être cannibalisée à tel point , juste par ce que nous nous refusons une analyse indulgente , pondérée  et surtout exempt de passion militantisme?       

La démocratie c’est l’effort d’acceptation et de tolérance pour tous, majorité comme opposition. Je ne pense pas une seule minute être plus vertueux que cette brave dame qui a toujours impressionné par sa constance dans l’option de la droiture. Maître Aissata Tall puisse que c’est de cette femme Socialiste qu’il s’agit restera à mon avis une femme de valeur qui s’est imposée par sa force de caractère et son engagement à défendre ses convictions.  

Je retiens de son point de presse un acte à la fois éclairé et courageux . Rappelons nous qu’en choisissant il y’a quelques mois le camp des dissidents socialistes aux côtés de Khalifa Sall qui ne voulait pas d’un PS dans l’APR, Maitre Aissata TALL pensais tenir le bon bout, la suite lui a donné tort. Et comme l’approche managériale la plus répandue sur la gestion des changements nous dit  « quand vous n’êtes pas d’accord pour une décision politique, dites le, manifestez votre désaccord et si malgré tout cette décision s’impose il faut rallier l’équipage. »  Maître Aissata TALL a posé un acte de rassemblement et non de ralliement, François Bayrou disait « Derrière le rassemblement, il y a le courage et le succès. »

Il se trouve que depuis quelques temps nous autres qui ne sommes pas forcément initiés à la science politique prenons le risque de vouloir lire derrière tout acte politique un reniement, un abandon de ses idéaux et il aurait été plus judicieux de rester dans une posture de tolérance , d’indulgence et surtout d’accepter la contradiction dans les idées. 
C’est d’ailleurs fort heureusement que dans le jargon politique, nous retrouvons des termes  qui en disent beaucoup à la fois sur la complexité mais aussi l’agilité de l’exercice : manœuvre, compromis dynamique, lobbying, cercle d’influence , entente ou cartel ect..  A force de vouloir dénicher que des problèmes aux agissements des acteurs politiques et ceux de la société civile, de vouloir jouer le jeu facile de la stigmatisation nous prenons le risque de nous éloigner gravement de notre problème majeur qui est d’ordre structurel car en réalité personne, y compris vous qui êtes en train de me lire, ne  pourrait se venter d’être indéfectible.

En définitive le leader politique Sénégalais sera toujours emmené à prendre des décisions assez embarrassantes et peut-être que lui même n’aura pas besoin d’en être convaincu, tout simplement c’est le contexte politico- social qui lui impose une conduite a tenir, surtout quand il y’a en face un puissant système à rouleau compresseur comme l’état qui a le monopole des armes y compris celles non conventionnelles. 

La brave dame vous dira  pour plaider  sa bonne foi  «La mort dans l’âme, je l’ai accepté  pour continuer à entretenir mon avenir politique mais également les espoirs de tous ces militants derrière moi» . Lui avons nous réellement donné  le choix de survivre avec ses convictions. 

Le remède étant pire que le mal, il faudra à mon avis s’attaquer directement au mal qui d’après moi n’est ni plus ni moins que le  citoyen de cette république. Ces pauvres politiques sont malheureusement pris au piège par leurs propres militants.
En réalité être un homme politique au Sénégal coûte excessivement cher, nous le savons tous mais cela n’intéresse personne...  Les masses ne suivront pas un homme politique pour les « solutions » qu’il met en avant pour sortir ce pays de la misère mais plutôt le choix se base sur des critères injustement subjectifs . La preuve ceux là qui revendiquent une gestion opportune des richesses de la république sont les premiers à entretenir le clientélisme politique qui tue notre démocratie et notre république a petit feu, c’est gens prennent ces hommes politiques en chantage et leur imposent des détournements d’objectifs pour des causes à la limite égoïstes. 

La pauvre dame ayant certainement constaté le retard énorme accusé dans le combat d’opposition n’avait plus qu’à choisir entre rester très loin des avantages du système pour au moins 5 nouvelles années et devoir supporter toute seule ce « terrorisme politique » ou se remettre aux commandes en soutenant le Candidat qui lui semble avoir plus de chance de remporter les prochaines présidentielles. Le bénéfice attendu est clair, elle aura sa part de dividende post électorale. Qui n’aurait pas fait comme elle ? 
Qui sait peut être que son intention est restée noble , et qu’elle veut réellement servir son peuple et sa patrie mais la configuration de notre système politique pose problème ,  ayons le courage de le dire. Le peuple n’a pas le courage de porter plus loin que dans les réseaux sociaux  le combat de ses lanceurs d’alerte, il les balance vers une fin de carrière prématurée. Sous ce rapport ne serions nous pas redevable à la bande au commissaire KEITA, général DIEYE, Thierno Alassane Sall, magistrat Ibrahima DEME et j’en passe..  Si nous voulons des dirigeants courageux il faudra d’abord faire ce travail de rigueur sur nous mêmes, replacer l’intérêt national au cœur de nos préoccupations partisanes et accepter de changer notre approche politique.

Ne vous en faites surtout pas pour elle, ma cliente a les épaules larges et nous l’avions préparé à ce lynchage digital.
la  politique c’est comme la boxe quand vous montez dans le righ vous savez que vous allez recevoir des coups, en prenant cette décision Maitre Aissata savait pertinemment qu’elle allait se voir pointé d’un doigt accusateur. 

Abdou Lahad Diakhate 
Société civile a Rufisque 
Mardi 29 Janvier 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :