« J'ai failli porter le maillot de l’équipe nationale du Sénégal. J’ai pleuré pendant trois jours quand ça n’a pas abouti » (Abdoulaye Diaw, journaliste sportif)


Revenant sur son passé de jeune footballeur talentueux, Abdoulaye Diaw révèle à travers l’émission « Reporters Sportifs », comment il a failli porter le maillot de l’équipe nationale de football du Sénégal, avant de voir son rêve s’envoler. « Ce fut un douloureux moment de ma jeune carrière de footballeur, j’en avait pleuré à l’époque. En ce temps, l’équipe nationale du Sénégal se préparait à Dakar où elle faisait son stage. Les sélections régionales devenaient alors des présélections, je faisais partie de la sélection de Saint-Louis. » 
« Nous préparions la CAN de 1965. L’équipe nationale devait alors rencontrer la sélection Saint-Louisienne, à la tête des « lions » il y avait comme entraîneurs Libasse Diop et Habib Ba. Et, nous avions baladé l’équipe nationale en les battant par quatre buts. On aurait dit que nous étions la sélection nationale ! » 
Le jeune joueur qu’il était du haut de ses 20 ans, ayant fait 45 minutes convaincantes, avait fini de taper dans l’œil des sélectionneurs nationaux. Son entraîneur de l’époque s’y opposait : « Libasse Diop m’approcha pour me dire " Petit Diaw " est ce que tu es prêt pour l’équipe nationale ? Je répondais oui ! Et là mon entraîneur (Amadou Sèye « Douzaine », premier capitaine de l’équipe nationale du Sénégal) alors, s’y opposa catégoriquement en disant que je n’étais pas prêt. »   
« À l’époque, l’équipe nationale du Sénégal faisait rêver, au retour des jeux de l’amitié de 1963 qu’on venait de remporter avec les Youssou Ndiaye et « Souris. » C’étaient des demi dieu et nous aurions voulu leur ressembler. Deux ans après, j’étais pressenti en équipe nationale, et mon entraîneur disait non. J'en étais meurtri, j’ai pleuré pendant trois jours... » 
Par la suite, il reconnaîtra que son entraineur avait raison, car il n’était pas prêt pour endosser de telles responsabilités à 20 ans. L’enjeu et son admiration pour ses futurs partenaires auraient été des facteurs contraignants, finira-t-il par admettre à regret…
Dimanche 7 Avril 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :